الإثنين 20 أوت 2018 م, الموافق لـ 09 ذو الحجة 1439 هـ آخر تحديث 23:17
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
Archives

Une étude stratégique réalisée par l’université de Grenade en Espagne a révélé que l’armée marocaine serait “en passe de connaître un saut qualitatif en matière d’armement, qui ne constitue pas en revanche un danger pour l’Espagne dans les deux villes de Melilla et Ceuta, mais plutôt à affronter la double menace que représentent l’Algérie et le Front Polisario”.

L’étude réalisée par l’université espagnole fin février dernier s’est articulée sur de nombreux rapports, y compris ceux relevant des services de renseignement, des sources ouvertes ainsi que des images captées à l’aide de satellites sur le positionnement et les mouvements de l’armée royale marocaine. 

En effet, les autorités espagnoles encouragent ce type d’études inexistantes dans les universités marocaines.

Il s’agit du troisième rapport sur l’armée marocaine après ceux réalisés sur ses forces aériennes et maritimes.

L’étude révèle que Rabat est en train de moderniser les armes de ses forces terrestres, à travers notamment l’acquisition des chars américains, le développement de ceux existants et l’achat  des lanceurs de missiles de fabrication chinoise de moyenne portée (400 km). C’est dire que les forces marocaines semblent se préparer à riposter à toutes éventuelles menaces. 

Idem pour l’Algérie, qui tend elle-aussi de moderniser les ses forces terrestres, donnant l’impression que les deux pays se lancent dans une course aux armements.

L’étude est parvenue à localiser le positionnement des forces terrestres marocaines sur deux fronts: du Nord-Est au Sud-Est voire au Sud. “Ce qui signifie que le souci qui préoccupe le plus l’armée marocaine serait bel et bien le danger que présente l’Algérie et le Front Polisario…”, note-t-on.

En outre, elle remarque l’absence de forces terrestres à proximité des deux villes occupées, en l’occurrence Melilla et Ceuta que réclame Mohamed VI, évaluant à une centaine de kilomètres la distance séparant les chars marocains de cette première située  au Nord-Est du royaume.

Les rédacteurs de l’étude écartent en vérité toute éventuelle offensive contre Melilla, jugeant que la concentration des soldats marocains était destinée en premier lieu à faire face à l’Algérie.

Malgré l’exclusion de toute pression militaire sur les deux villes, il a été préconisé de prendre très au sérieux le développement des forces terrestres marocaines qui seraient capables de se déplacer aussi facilement d’une région à une autre. Autrement dit, il n’est pas à écarter la probabilité de voir Melilla prise en étau par l’armée marocaine.

Rappelons que Rabat a réclamé à maintes reprises la récupération des deux villes en privilégiant bien entendu la voie de dialogue, sachant que l’Espagne a, pour sa part, opté pour l’intensification de sa présence militaire au sud du pays à l’effet da pallier à tout imprévu, particulièrement après la crise de l’île de Persil en été 2002.

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!