الإثنين 30 مارس 2020 م, الموافق لـ 05 شعبان 1441 هـ آخر تحديث 23:33
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
Echoroukonline

La rencontre ayant réuni le gouvernement d’un côté et les walis de l’autre a débouché sur une dizaine de recommandations, entre autres le retrait des assiettes inexploitées par les bénéficiaires ou qui sont détournées de leur vocation et la redistribution du foncier par le biais du Comité d’assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régulation du foncier (Calpiref).

A cela s’ajoute le retrait – une fois les verdicts sont tombés- des assiettes foncières attribuées à des hommes d’affaires impliqués dans des affaires de corruption, tandis qu’il a également été recommandé de vendre aux enchères le foncier industriel -se trouvant hors des zones industrielles- à d’autres hommes d’affaires.

Les collectivités locales sont appelées à créer une base de données nationale et une banque de données sur les dossiers relatifs au foncier et à l’investissement afin de résoudre la problématique de cumul des dossiers d’investissement.

Il a également été question de consacrer le partenariat public-privé, préserver le foncier industriel et veiller à l’application du contenu du cahier des charges, y compris la récupération du foncier dans le cas où le bénéficiaire manque à ses engagements tout en s’appuyant sur les outils de la prospective de sorte de démontrer la spécificité de chaque wilaya, son aspect économique et encourager l’investissement.

A propos du foncier industriel, Labiba Ouinez, wali de Aïn Témouchent, a indiqué à Echorouk avoir entamé les démarches de récupération du foncier inexploité par des bénéficiaires. Il s’agit en premier lieu des hommes d’affaires dits “pro-issaba” qui sont actuellement derrière les barreaux. La première responsable de la wilaya de Aïn Témouchent a ajouté avoir ordonné de récupérer deux hectares (2 ha) de foncier industriel accordé à un homme d’affaires  incarcéré et qui, selon elle, n’a jamais répondu aux mises en demeure qui lui étaient notifiées.

Abondant dans le même sens, Yahia Yahiaten, wali de Boumerdès, a affirmé lui-aussi à Echorouk que les décisions de restitution des fonciers attribués aux hommes d’affaires incarcérés, comme Haddad et les Kouninef étaient tributaires des sentences judiciaires. “Nous attendons que des verdicts soient prononcés et les décisions de retrait concerneront tous les hommes d’affaires corrompus…”.

Pour ce qui est des hommes d’affaires qui n’ont pas pu mener leurs projets à terme, notre interlocuteur a expliqué que ceux qui s’étaient heurtés à des problèmes de bureaucratie et d’autres obstacles, bénéficieront d’aide et assistance afin de pouvoir les monter.

Toutefois, s’agissant de ceux qui n’ont pas de justificatifs valables expliquant les raisons de l’arrêt de leurs projets,  ils se verront retirer le foncier, en attendant qu’une redistribution soit effectuée par le Calpiref, a-t-il ajouté.

Les participants à cette réunion n’ont pas manqué de rappeler la nécessité de revoir les formations dispensées au niveau des auto-écoles  -comme moyen de réduire le nombre d’accidents de la route-, mettre en œuvre un fichier national des chauffeurs enfreignant le code de la route, définir l’âge des véhicules autorisés à la circulation et renforcer le contrôle des motocyclistes à l’origine de 15% des accidents survenus sur nos routes.

Imène Kimouche / Traduit par: Moussa. K.

Haddad Kouninef Rencontre gouvernement-walis

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close