Si El Hachemi Assad: "Ghlamallah n’est pas habilité à parler d’un sujet qui ne le concerne pas!" – الشروق أونلاين
السبت 25 ماي 2019 م, الموافق لـ 21 رمضان 1440 هـ آخر تحديث 19:54
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

En dépit de la naissance officielle de l’Académie de la langue Amazighe, le débat persiste quant à la transcription de Tamazight, reconnue langue nationale et officielle.

C’est au tour en effet de l’ex-ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah de s’impliquer dans ce débat en insistant lui aussi à ce que la transcription soit faite en lettres arabes.

Une position qui n’a pas laissé de marbre le président du Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad qui a critiqué mercredi les propos du président du Haut Conseil Islamique (HCI).

Celui-ci s’est montré hostile à ceux qui défendent le caractère latin, affirmant “ne pas céder face à eux”.

“Je n’ai rien à dire au sujet de cette contamination”, a dit Si El Hachemi Assad, ajoutant dans une déclaration à Echorouk à l’issue des festivités de Yennayer à Beni Sanousse (Tlemcen) que Ghlamallah “n’est pas habilité à parler des sujets qui ne le concernent pas et qui sont confiés à des institutions officielles”.

En effet, le premier responsable du HCA est connu pour son enthousiasme à l’adoption du caractère latin pour la transcription de Tamazight a souligné que son institution favorisait ledit  caractère après des “recherches de longues haleine”.

Un choix qu’il considère “purement académique”, tout en mettant en garde contre “l’instrumentalisation politique de cette question”. Une déclaration qui a, rappelons-le, suscité de vives polémiques.

Il  convient de rappeler que Ghlamallah a indiqué mardi, lors d’un colloque à Tizi Ouzou, que les partisans du caractère latin “sont plus nombreux que les défenseurs du caractère arabe mais nous n’allons pas céder! “

L’ancien ministre des Affaires religieuses a dit préférer le caractère arabe compte tenu de “la relation intime entre l’arabe et tamazight “.

 “Si nous voulions un avenir prospère pour la langue amazighe et faire d’elle un constant efficace de la société algérienne, sa transcription devrait être en caractère arabe car le caractère national de l’Algérien et du Maghrébin est arabe”, a-t-il soutenu.

Au vu de la divergence entre les départements présidés par Si El Hachemi Assad et Bouabdallah Ghlama, cela signifie que la question de la transcription de Tamazight n’est toujours pas tranchée, dont l’Académie qui a vu le jour et dont les membres ont été récemment désignés aura du pain sur la planche pour clore le sujet définitivement.

Tahar Helissi / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/nrWfs9
Bouabdallah Ghlamallah Si El Hachemi Assad Tamazight

En relation

التعليقات في هذا الموضوع مغلقة!

close
close