الجمعة 21 سبتمبر 2018 م, الموافق لـ 11 محرم 1440 هـ آخر تحديث 00:32
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Leila Haddad crée la polémique entre Alger et Bruxelles

Les relations algéro-européennes ne sont plus au beau fixe depuis la diffusion ,à partir des instances officielles de l’Union européenne (UE), d’une vidéo s’attaquant aux symboles de la République algérienne, dont Alger attend toujours des explications officielles de Bruxelles.

En réaction, l’ambassadeur de l’UE convoqué samedi par le département de Abdelkader Messahel s’est contenté de parler dans un tweet de la liberté d’expression.

“Le message de John O’Rourke n’engage que sa personne et ne répond pas à l’objet de sa convocation”, a indiqué lundi le porte-parole du MAE, Abdelaziz Benali Cherif.

“L’ambassadeur de l’Union européenne à Alger a été convoqué au ministère des Affaires étrangères, où il lui a été signifié l’indignation et la réprobation des autorités algériennes suite à l’utilisation des espaces et des moyens de l’UE à des fins de propagande et l’instrumentalisation de ses symboles pour attenter aux institutions de l’Etat algérien”, a ajouté le porte-parole du MAE.

“Ce tweet, au demeurant, aux antipodes des attentes de la partie algérienne, ne répond pas à l’objet de sa convocation laquelle a consisté à demander des clarifications au sujet du détournement par Mme Lefèvre des armoiries de l’UE et des moyens mis par celle-ci à la disposition des médias pour s’en prendre à l’Algérie, à ses symboles et à ses institutions, alors que ces moyens sont censés servir exclusivement à la couverture des activités des institutions européennes”, a insisté Abdelaziz Benali Cherif.

A cet effet, une source bien informée a confié lundi à Echorouk que l’histoire de s’attaquer aux institutions de l’Etat algérien serait bel et bien intentionnelle, et que certaines parties au sein des instances européennes et hostiles à l’Algérie seraient derrière.

Notre source a fait savoir que ces parties qui siègent à Bruxelles comptent ternir l’image de l’Algérie, ajoutant que “les autorités algériennes envisagent de durcir le ton si des explications ne sont pas fournies par les officiels européens”.

Haddad réclame 500.000 € pour une chaîne dédiée à la femme

La même source a dit également que la journaliste algéro-libanaise, Leila Haddad avait mis en ligne en février dernier une vidéo portant atteinte aux institutions de l’Etat, dont les officiels algériens n’ont pas jugé utile de riposter à ce type de discours émanant de source non officielle.

D’après toujours cette source, la journaliste en question avait réclamé aux autorités algériennes la somme de 500.000 euros pour créer une chaîne de télévision dédiée à la femme, dont ces dernières ont rejeté cette demande affirmant qu’elles “n’accepteront en aucun cas du chantage de quelque partie que ce soit”.

Le Parlement accuse Haddad de mensonge contre les institutions de l’Etat

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja s’est attaqué à l’ancienne correspondante de la télévision algérienne à Bruxelles, Leila Haddad pour avoir diffusé à partir du siège du parlement européen une vidéo attentatoire au “président Bouteflika”, qualifiant cet acte de “dangereux” dans la mesure où il porte atteinte à l’une des institutions constitutionnelles du pays, en l’occurrence “la présidence de la République”.

“Nous dénonçons l’utilisation du symbole que représente le Parlement européen en tribune pour déverser des diatribes haineuses contre l’Algérie et ses institutions…”, a dit le président de la chambre basse du Parlement, qualifiant les déclarations de Leila Heddad de “transgression des règles de la morale est des convenances diplomatiques et politiques “.

“La démocratie pluraliste et la liberté d’expression sont aujourd’hui une réalité palpable et que la divergence d’opinions est souhaitable et même louable dans le cadre de l’échange pacifique”, a soutenu Bouhadja, insistant sur le fait que “le choix démocratique est un principe ancré dans notre pays et que les élections sont la seule voie vers la légitimité”.

MAE:”Le tweet de John O’Rourke n’engage que sa personne”

L’ambassadeur de l’Union européenne à Alger, John O’Rourke a publié un tweet au lendemain de sa convocation par les services du ministère des Affaires étrangères suite à la diffusion d’une vidéo attentatoire aux institutions de l’Algérie.

Le représentant de l’UE a indiqué que l’auteure de la vidéo portant atteinte au président Bouteflika, à savoir Leila Haddad, ne parle pas au nom des institutions européennes.

“Nous avons souligné aux autorités algériennes que les journalistes accrédités auprès des institutions européennes ne parlent pas au nom des institutions mais en leur propre non, en ligne avec les principes de liberté d’expression et liberté des médias”, a   précisé le diplomate européen.

Ce tweet n’est pas passé inaperçu car le porte-parole du MAE a réagit dans un communiqué affirmant que “ce tweet…ne répond pas à l’objet de sa convocation laquelle a consisté à demander des clarifications au sujet du détournement par Mme Lefèvre des armoiries de l’UE et des moyens mis par celle-ci à la disposition des médias pour s’en prendre à l’Algérie, à ses symboles et à ses institutions, alors que ces moyens sont censés servir exclusivement à la couverture des activités des institutions européennes”.

Echorouk / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/9LLahU
Bruxelles MAE Union européenne

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close