الجمعة 23 أكتوبر 2020 م, الموافق لـ 06 ربيع الأول 1442 هـ آخر تحديث 21:50
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
D.R

Abdelmadjid Tebboune, président de la République

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune a affirmé, dimanche, que l’Etat ne mettrait pas en péril la vie des élèves en rouvrant les écoles, critiqué le débit d’internet en Algérie et refusé ce qu’il a qualifié de l’empressement vers la normalisation.

Le président de la République s’est exprimé lors d’une rencontre, tenue ce dimanche avec certains responsables de médias nationaux, au cours de laquelle il s’est penché sur nombre de questions nationales et régionales.

Elle sera diffusée ce dimanche soir à partir de 22 heures.

Selon des extraits rapportés par la Télévision nationale, le chef de l’Etat a affirmé que la décision de la reprise des cours n’était pas politique mais elle obéissait plutôt au rapport du Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie du coronavirus (Covid-19).

A ce propos, Abdelmadjid Tebboune a fait savoir que certains pays ayant rouvert les établissements scolaires ont du les refermer de nouveau après une hausse des cas de contaminations, insistant sur la nécessité de préserver la santé des citoyens et ne pas la mettre en danger.

S’agissant des problèmes liés à l’internet, le chef de l’Etat a dit que « cela n’honore pas notre pays qui se dirige vers une économie et commerce numériques et le e-paiement ». « Nous ne pouvons adopter cette orientation en l’absence d’internet », a-t-il soutenu.

Et le président Tebboune de renchérir: « Certains bureaux de poste connaissent de longues files d’attente et on se dit que l’internet est rompu…Je ne tolérerais guère ce genre de choses notamment au niveau des établissements accueillant le peuple ».

Par ailleurs, il a tenu à préciser que la revue à la baisse des transferts sociaux ne toucherait pas les classes démunies et les ménages à bas revenu, ajoutant que l’Etat continuera à soutenir ces classes.

Interrogé sur la liberté d’expression en Algérie, il a affirmé que l’Etat n’imposait pas des restrictions à la liberté d’expression et au travail des journalistes, ajoutant que la loi s’applique à tout individu pour diffamation, injure et diffusion de fake news.

Selon lui, il y a 180 titres en Algérie qui bénéficient de la publicité publique et du papier subventionné, expliquant que la plupart d’entre eux ne s’acquittent pas des frais d’impression auprès des imprimeries publiques.

« Certes, il y a des problèmes auxquels nous devons faire face. Je savais que tout ne serait pas rose. Ces questions se règlent progressivement. Il y a une dégradation dans plusieurs domaines », a-t-il souligné.

Pour ce qui est de la normalisation avec l’occupant israélien, Tebboune dira: « je trouve qu’il y a une sorte d’empressement vers la normalisation à laquelle nous n’adhérons pas et nous ne saluons pas car la question palestinienne reste sacrée pour nous et pour l’ensemble de notre peuple ».

« Il n’y aura pas de solution à la question palestinienne qu’avec l’édification de l’Etat palestinien aux frontières de 1967 avec El Qods-Est comme capitale. Et c’est d’ailleurs ce que je vais dire lors de mon allocution devant l’assemblée générale de l’ONU, mardi prochain », a-t-il fait encore savoir.

Abderrezak. B. / Traduit par: Moussa. K.

Abdelmadjid Tebboune Débit internet Normalisation

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close