-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Transaharienne: éradiquer les entraves bureaucratiques pour une meilleure rentabilité

Echoroukonline
  • 4970
  • 0
Transaharienne: éradiquer les entraves bureaucratiques pour une meilleure rentabilité
D.R

Le secrétaire général du Comité de liaison de la route transsaharienne (Alger-Lagos) Mohamed Ayadi a plaidé, vendredi, pour “éradiquer toutes les entraves bureaucratiques” pour la prospérité de Tamanrasset et ses environs.

Dans une déclaration a la Chaîne III de la Radio algérienne, Mohamed Ayadi a soutenu que cet ouvrage va permettre aux opérateurs économiques algériens d’être plus complétifs, notamment sur le marché africain.

«La route, estime-t-il, est comme un accélérateur dans les échanges commerciaux». «Plus de véhicules, c’est plus de produits et les coûts de transport diminuent. Donc, vous devenez automatiquement  compétitif», explique le SG du Comité.

De l’avis de l’interlocuteur, cela ne suffira pas si les blocages administratifs demeurent. «Si je viens avec mon camion et je serai bloqué durant toute une journée par la douane, où au niveau du guichet d’une banque, ça ne sert absolument a rien, puisque cela coûte de l’argent…énormément d’argent a nos opérateurs économiques», juge-t-il.

De ce fait, Ayadi appelle clairement a «la levée des entraves bureaucratiques » pour la prospérité de Tamanrasset et ses enivrons».

L’Algérie a consacré 30 000 milliards a la route transsaharienne

300 milliards de dinars (30 000 milliards de centimes), c’est le montant de l’enveloppe débloquée par l’Algérie et destinée a la route transsaharienne et a sa transformation en une autoroute Nord-Sud afin de désenclaver certains pays du continent.

Le chiffre a été communiqué par le ministre des Travaux publics Kamel Nasri lors d’une allocution, ce lundi 24 mai, a l’occasion de la 71e session du Comité de liaison de la route transsaharienne (CLRT).

Le ministre a affirmé le lancement des travaux de réalisation d’un tronçon de quelque 850 km, dont une première tranche de 507 km est achevée tandis que l’étude est en cours pour la réalisation de la seconde tranche de 260 km de long.

Pour lui, la route Alger-Lagos revêt d’une extrême importance d’autant plus qu’elle permet d’atteindre les principaux ports de la Méditerranée et de renforcer le commerce Afrique-Europe.

Nasri a également fait savoir que cette route sera raccordée directement à l’autoroute Est-Ouest via la pénétrante du port Djen Djen sur une distance de 110 km.

Le ministre du Commerce Kamel Rezig a, de son côté, souligné que la route transsaharienne constitue un axe fondamental pour la redynamisation du commerce hors hydrocarbures.

La route transsaharienne transformée en autoroute

Le Secrétaire général du ministère des Travaux publics a annoncé le 4 mars dernier que la route transsaharienne sera transformée en autoroute Nord-Sud.

Officiellement..première évaluation du projet de la route transsaharienne

Le président du Conseil national économique et social (CNES) Réda Tir a révélé, mercredi, qu’une première réunion d’évaluation du projet de la route transsaharienne sera organisée en présence des ministres et des ambassadeurs des pays concernés.

L’invité de “Echorouk Morning” a affirmé que la réunion qui se tiendra, ce jeudi, portera sur  l’évaluation du projet de réalisation de la route transsaharienne et la remise des recommandations au président de la République.

Elle se tient en présence du CNES, les ministères du Commerce, des Affaires étrangères, les Transports et les Travaux publics ainsi que le secrétaire général de la commission chargée du raccordement de la route transsaharienne et des ambassadeurs des six pays concernés, selon Tir.

Ce dernier a affirmé par ailleurs que l’Algérie a joué pleinement son rôle dans ce projet sur lequel elle compte pour conquérir les marchés africains.

A cet effet, il a plaidé pour exploiter cette route afin d’aller a la conquête des marchés, permettre a l’Algérie de retrouver son statut au sein du continent, comme il a incité le gouvernement a œuvrer a aplanir les entraves et faciliter l’exportation.

La route “Alger – Lagos” opérationnelle en juin prochain

La route transsaharienne Alger-Lagos sera opérationnelle dès le mois de juin prochain, selon le ministre des Transports par intérim, Farouk Chiali.

Le dernier tronçon de la route transsaharienne (Alger-Lagos) sera réceptionné d’ici le mois de juin, a indiqué en février dernier Farouk Chiali, ministre des Travaux publics et des Transports par intérim, sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne.

 «C’est une entreprise algérienne qui s’occupe des derniers travaux de ce tronçon qui se trouve au Niger», a souligné l’ancien ministre Chiali, en précisant que l’axe de la transsaharienne entre l’Algérie et le Nigeria (Alger-Lagos) sera totalement achevé en juin prochain. «Une cérémonie sera organisée au Niger pour achever ce projet africain de 4000 kilomètres avec des tronçons vers la Tunisie, le Tchad et le Mali», a-t-il affirmé.

L’Invité de la Rédaction  a fait également savoir que les routes du Sud sont retenues comme priorité, vu que le développement du pays va être orienté vers l’Afrique subsaharienne. A ce titre, le membre du gouvernement cite comme exemple la route Adrar-Reggane- Bordj Badji Mokhtar de 550 kilomètres de long et qui est en cours de réalisation. «Il y a aussi la réhabilitation des tronçons reliant In Salah a Tamanrasset (700 km) et celle-ci a In Guezzam (400 km)», a-t-il renchéri.

L’ancien ministre précise que les routes du Sud, notamment subsaharienne, sont raccordées avec l’autoroute Est-Ouest. Il a annoncé, dans le même registre, que son département a développé un schéma directeur qui permet l’interconnexion des régions entre elles. Un schéma, dit-il, qui prend en compte le développement du pays.

Farouk Chiali a affirmé par ailleurs que des travaux sont en cours pour transformer la transsaharienne en autoroute au niveau de l’Algérie.

La Route nationale 1 (RN1) avait été intégrée dans le projet de la transsaharienne, a-t-il souligné, évoquant a ce propos des travaux engagés pour sa transformation en autoroute dans certains endroits.

«Le 28 octobre dernier, nous avons ouvert a la circulation le tronçon Chiffa-Berrouaghia sur 52 kilomètres et la RN1 transformée en autoroute par endroits ce qui permet d’avoir 550 kilomètres d’autoroute entre  Alger-Ghardaïa. Il nous reste à peine 7 kilomètres a terminer», a-t-il  détaillé.

Comme il s’est exprimé sur les projets en cours de réalisation dans certaines wilayas du Nord. Il s’agit notamment du projet de l’autoroute Tiaret-Relizane (52 kilomètres), dont l’étude est finalisée, ainsi que le  projet de l’autoroute Tènes-Tissemsilt-Tiaret (220 kilomètres).

Selon lui, le projet de Tènes-Tissemsilt est en cours de réalisation au niveau de Chlef et l’objectif tracé est de l’achever dans les prochains mois, a-t-il noté, alors qu’au niveau de Tissemsilt-Aïn Defla, la route est pratiquement dédoublée, a-t-il soutenu.

Son secteur s’est focalisé sur un autre dossier, a-t-il dit, en l’occurrence celui ayant trait a la réalisation des routes au niveau des zones d’ombre, considérant que ce projet comme une des priorités.

Pour ce qui est du volet financement, le secteur a bénéficié en 2021 d’un budget de 63 milliards DA destiné notamment pour l’entretien du réseau routier, dont 40 milliards DA seront mobilisés avec le ministère de l’Intérieur pour les chemins communaux et de wilayas et 13 milliards DA pour les routes nationales.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!