الثلاثاء 21 أوت 2018 م, الموافق لـ 10 ذو الحجة 1439 هـ آخر تحديث 13:15
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

La Direction des industries militaires relevant du ministère de la Défense nationale (MDN) envisage de développer davantage sa stratégie d’industrie militaire locale dans les années à venir, et ce pour atteindre un chiffre d’affaires de l’ordre de 100 milliards de dinars.

Pour ce faire, la Direction s’apprête à signer de nouveaux partenariats en vue de la création de sociétés spécialisées dans la mécanique, la fabrication des composants des moteurs -pièces de rechange- et l’augmentation du volume d’investissement étranger, qui est évalué actuellement à un milliard de dollars.

A ce propos, le directeur des fabrications militaires au MDN, le général-major Rachid Chouaki a jugé plutôt positives les premières années de l’industrie militaire locale, compte tenu des résultats obtenus jusque-là.

Intervenant en marge d’une journée parlementaire autour des “Industries militaires en Algérie : réalité et perspectives”, organisée mardi par la commission de la Défense à l’APN, le général-major Rachid Chouaki a insisté sur le fait que ces industries constituent désormais une partie indissociable du tissu industriel national, prévoyant la satisfaction de la demande domestique en camions, voitures et bus de type “4X4” de marque Mercedes à l’horizon 2019.

Pour Chouaki, l’Algérie a fait ses preuves dans ce domaine grâce à des partenariats gagnants contractés avec de nombreux pays jouissant d’une crédibilité, à l’image du géant d’industrie, l’Allemagne. Selon lui, les premiers pas effectifs allant dans ce sens remontent à 2012, l’année durant laquelle il a été annoncé le lancement des projets d’industries militaires. Du coup, ils ont contribué concrètement au sauvetage de plusieurs entreprises et usines nationales- sur le point de mettre la clé sous le paillasson ou déclarer faillite-, dont l’usine des chaussures de Boussaba et les fabricants de bois de Khenchla.

 “Le partenariat nous a donné une excellente opportunité de se lancer dans le domaine d’industrie, d’avoir un contact direct avec des pionniers en la matière, bénéficier de leur expérience, faire venir de la technologie, créer des emplois susceptibles de contribuer au développement de l’économie nationale et de réduire la facture d’importation.

“L’institution militaire n’a pas d’esprit fermé. Nous œuvrons constamment à développer nos capacités”, a-t-il affirmé.

Par ailleurs, il a soutenu que les exportations ne sont pas envisageables, du moins actuellement, car les buts consignés par le commandement supérieur de l’ANP consistent dans un premier temps à couvrir tous les besoins de l’institution militaire ainsi que ceux du marché national. A cet égard, il a fait savoir que la Direction était destinataire de nombreuses demandes de livraison de camions, de bus, notamment de la part du groupe Sonatrach et du ministère des Transports et des Travaux publics. 

1 milliard  de dollars d’investissement étranger en Algérie

Pour sa part, le lieutenant-colonel Haddouche Benyahia a indiqué que le volume d’investissement direct étranger (IDE) était évalué à un milliard de dollars.

Selon le lieutenant-colonel, les projets de fabrications militaires réalisés en partenariat avec des entreprises nationales et des investisseurs étrangers, concernent entre autres le montage des poids lourds (camions), véhicules utilitaires, véhicules blindés, fabrication des systèmes électroniques (radars), des armes…

Abondant dans le même sens, le colonel Mohamed Amine Karoui a déclaré que la Direction des fabrications militaires gère actuellement dix (10) entreprises industrielles spécialisées dans la mécanique, l’électricité, l’industrie chimique et le textile… Elles sont réparties sur l’ensemble du territoire national.

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!