الأربعاء 19 فيفري 2020 م, الموافق لـ 24 جمادى الآخرة 1441 هـ آخر تحديث 20:54
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
Echoroukonline

Les autorités algériennes semblent enfin avoir entendu la voix des experts, économistes…qui ont -depuis très longtemps- réclamé la révision des accords d’association signés avec l’Union européenne (UE).

Le président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), Abdelkader Gouri a révélé, à cet effet, qu’une rencontre se tiendra jeudi prochain à la Safex avec le ministre délégué chargé du Commerce extérieur ,Aissa Bekai, et sera consacrée au débat des contenus des accords d’associations conclus avec l’Union européenne, la Zone arabe de libre-échange ainsi qu’avec la Tunisie.

Il sera question, selon le président de la CACI, d’évaluer les résultats de ces accords en vigueur depuis plusieurs années, définir les carences avant de procéder à leur révision, affirmant que «nous envisageons d’annuler les avantages accordés à tout pays qui rejette ou interdit l’entrée  du produit algérien sur son marché».

Abdelkader Gouri a déclaré à Echorouk qu’il était temps de revoir tous les accords conclus avec des pays arabes, la Tunisie et l’UE, d’autant plus que ces pays jouissent de larges avantages sur le marché algérien et leurs produits bénéficiaient en partie d’exonération douanière. Ce qui n’est pas le cas, déplore notre interlocuteur, pour les produits algériens qui ne jouissent pas en revanche des mêmes avantages sur leurs marchés respectifs, mais ils se heurtent à un certain nombre d’obstacles rendant aussi difficile toute conquête de ces marchés.

«Nous allons débattre de ce dossier avec le ministre chargé du Commerce extérieur en présence des hommes d’affaires, des opérateurs économiques et nous nous efforcerons de faire en sorte que ces accords soient équilibrés», a-t-il insisté.

Le premier responsable de la CACI a précisé par ailleurs que cette décision ne se limitait pas à l’UE, dont les produits inondent le marché algérien, mais elle concerne également certains pays arabes dont les accords d’association n’ont jamais profité à l’Algérie. Ils ont même entraîné, de l’avis de Gouri, des pertes considérables en raison des exonérations douanières.

Pour lui, la Tunisie ne sera non plus épargnée par ces mesures, en se demandant à cet égard pourquoi ce pays voisin importe de la pomme de terre de pays étrangers et tourne le dos à la pomme de terre algérienne.

Soulignons à ce titre que plusieurs agriculteurs ont dû laisser pourrir d’importantes quantités de ce produit faute d’acheteurs.

Interrogé sur le programme de la Chambre qu’il préside, il a affirmé que la priorité de celle-ci dans les quelques mois à venir est de partir à la conquête des marchés européens.

Imène Kimouche / Traduit par: Moussa. K.

Accords d'association Algérie Union européenne

En relation

600

2 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم
  • okba

    يجب المعامله بالمثل العين بالعين و..خاصه تونس التي تستفيد من المواد المدعمه المهربه في الحدود . الجزائريون اولي بخيراتهم.هم يعاملوننا كاجانب ولهم الف حق ونحن لابد ان ندافع غلي مصالح الشعب الجزائري قضيه ساقيه سيدي يوسف لايجب ان تكون الصنبور الدي تهدر فيها خيرات الجزائر نحن كدالك كانت لنا مواقف تاريخيه مع الجاره تونس ولكن ابناء الجزائر اولي من الاستفاده بالنقل المدرسي ثم عندما يفيض الحير في الجزائر لابد ان نصدقه لدول الجوار اما سياسه شراء الهمم والهروب الي الامام فلا يقبلها الحراك المبارك

  • abdel

    Ça va être très dur avec les Tunisiens car c’est une habitude et à aucun cas ils ne veulent admettre ou accepter que leur voisin soit comme un pays Europen question négociation pour intérêts mutuels d’égal à égal.

close
close