الخميس 25 فيفري 2021 م, الموافق لـ 13 رجب 1442 هـ
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
D.R

75 000 dinars (7.5 millions de centimes), c’est le salaire mensuel qui devrait permettre à l’employé algérien de subvenir à ses besoins. C’est ce qu’a déclaré, ce mardi, le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha.

Dans une déclaration à Echorouk News, le patron de la Centrale syndicale a expliqué que l’augmentation du pouvoir d’achat est tributaire de la réorganisation des marchés.

S’agissant de la loi relative à la retraite, Labatcha a soutenu qu’il fallait revoir celle modifiée en 2017, jugeant qu’elle contient des clauses injustes envers certaines catégories d’employés.

«Nous n’allons pas abandonner la revendication ayant trait à la révision de l’actuelle loi sur la retraite.  Nous attendons une réponse de la part du gouvernement mais pas du directeur de la Caisse nationale de retraites (CNR)», a-t-il insisté.

Celui qui a succédé à Abdelmadjid Sidi Saïd a également remis en cause les montants représentant soi-disant l’aide du Trésor public à la CNR, exhortant l’Etat à cesser de faire des cotisations des salariés une source destinée aux subventions sociales.

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, El Hachemi Djaaboub a annoncé, il y a quelques jours, qu’un texte réglementaire était en cours d’élaboration pour la création de la retraite complémentaire au niveau de la Caisse nationale de retraites (CNR) et la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS).

Le Directeur général de la Caisse nationale des retraites (CNR), Slimane Melouka a dit de son côté qu’ouvrir à présent le dossier relatif à la retraite anticipée et le départ à la retraite sans condition d’âge n’était guère possible dans la mesure où CNR est confronté à un énorme déficit.

Employé algérien retraite UGTA

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close