الإثنين 22 جويلية. 2019 م, الموافق لـ 20 ذو القعدة 1440 هـ آخر تحديث 11:27
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Le procès de Kamel Chikhi, alias « El-Bouchi », s’est ouvert mercredi 10 juillet, au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, et ce après son report trois fois de suite.

Kamel Chikhi est poursuivi en compagnie de 12 mis en cause dont une femme dans une affaire liée aux documents, livrets fonciers et actes de propriété relatifs à sa société de promotion immobilière.

Tous ont été confrontés aux enregistrements vidéo des caméras de surveillance installées dans le bureau de Kamel Chikhi, lequel est poursuivi pour «corruption d’un agent public» et «incitation au trafic d’influence».

Il a soutenu que les sommes offertes à des responsables de services de la construction et de l’urbanisme dans plusieurs communes d’Alger « n’étaient que des aides financières, des aumônes ou des emprunts ».

«J’aime aider les gens et apporter mon aide matérielle et financière pour tout le monde, rien que pour honorer mon image à l’égard du Bon Dieu »,a-t-il soutenu.

S’agissant de l’affaire des 700 000 da, Belkacem Akbal, responsable du service d’hygiène et  membre de l’APC de Kouba a du empocher la somme de 700 000 DA de la main de Chikhi, c’est ce qu’a montré l’enregistrement vidéo.

Ce dernier affirme qu’il s’agit de la rémunération d’un entrepreneur qui avait procédé à la démolition d’une villa de Chikhi. Les mêmes propos sont tenus par Chikhi, mais les deux prévenus étaient incapables de donner le nom ou l’adresse de cet entrepreneur, «un rouquin, aux yeux verts» qui répond au nom de Boumediène et qui a «disparu», selon le président.

Rachel Hamdi

Kamel El Bouchi révélations

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close