الأحد 09 أوت 2020 م, الموافق لـ 19 ذو الحجة 1441 هـ آخر تحديث 08:50
الشروق العامة الشروق نيوز
إذاعة الشروق
Djaâfar Saâda

Yacef Saadi en compagnie de la journaliste de Echorouk

Le colonel Yacef Saadi nous relate dans cet entretien qu’il nous a accordé les importants points de discorde entre lui d’autres éminentes icônes de la glorieuse Révolution algérienne. Après insistance, le révolutionnaire a accepté en fin de compte de mettre la lumière sur l’arrestation de Larbi Ben M’hidi et les zones d’ombre constatées autour de cette arrestation.

De plus, il éclaircit les causes de son éclipse de la sphère politique au lendemain de l’Indépendance en refusant le portefeuille qu’on lui a proposé sous le règne de Boumediène.

Par ailleurs, il a démenti ce qui a été mentionné dans les mémoires du tortionnaire Aussaresses indiquant la « trahison de Yacef de la Révolution qui touche une pension du gouvernement français jusqu’au jour d’aujourd’hui ».

Quelle était la tâche qui vous a été confiée pendant la Révolution?

 

A cet époque, un homme « Tchikou » m’a chargé de tuer un autre qui s’appelle Laazib mais je n’ai pas réussi à lui dessus en raison d’un problème dans l’armé qu’on m’a donnée. Ensuite, je suis allé attendre Mourad Didouche dans sa boulangerie. J’ai appris alors que Didouche était allé à Constantine et que Rabah Bitat a rejoint Alger. Ce jour là, Bitat a dressé un guet-apens aux soldats français à Blida en compagnie de Ouamrane et Krim Belkacem. Parallèlement à cette embuscade, Ben Boulaid a tué un français.

Au déclenchement de la Révolution, Rabah Bitat a été chargé de lutter à Alger, Larbi Ben M’hidi à Oran, et Didouche Mourad a été chargé de continuer la lutte à Constantine.

Pourriez-vous parler nous de Larbi Ben M’hidi?

Larbi Ben M’hidi qu’on qualifiait de « sage » était à Oran et n’a lutté un seul jour à Alger. On s’est vu à Oran lorsque je suis allé l’informer de la date de la tenue d’une rencontre d’évaluation des réalisations de la Révolution. Lui, il était membre du Comité de coordination et d’exécution  (CCE) et n’a tiré une seule en direction des soldats français.

Comment avez-vous connu Rabah Bitata?

Lorsqu’il était venu, il ne connaissait et ne trouvait personne, car ceux qui luttaient à Alger ne connaissaient que Didouche Mourad.  On lui avait recommandé de prendre attache avec Mouloud Hamzaoui, propriétaire à l’époque d’un salon de coiffure. Ce dernier me l’avait présenté dans la boulangerie de mon père. Je l’avais introduit dans une pièce de la boulangerie et on s’était mis à converser. « Je n’ai trouvé personne », m’a –t-il dit. Je suis là, lui répondis-je, et prêt au djihad et apporter le soutien nécessaire à la Révolution.  

Je lui ai alors remis une somme de 7.000 dinars et lui dit que c’était tout ce que je possédais. « Pouvons-nous deux faire face à l’armée française avec ce peu de moyens ? », lui-demandai-je.

« Bon ! D’abord, on doit prendre contact avec les leaders de l’ensemble des régions du pays », m’a –t-il répondu avec optimisme et espoir. Effectivement, je suis allé à la rencontre de Didouche Mourad à Smandou, localité située entre Constantine et Skikda, puis en Kabylie, et puis Souidani Boudjemaâ à Chebli. Je les ai tenus au courant de la rencontre prévue en janvier. Abane Ramdane nous a rejoint après avoir passé cinq en prison et était alors placé sous résidence surveillée à Michelet. A cette époque, Krim Belkacem a dit que si Abane avait été en dehors de la geôle, il aurait participé au déclenchement de la Révolution avec le groupe de six (6), au vu de son intelligence et de son nationalisme. Ensuite, Abane nous a rejoints à la Casbah.

C’est vous qui l’avez emmené jusqu’à la Casbah?

Non…on lui a donné rendez-vous ici à la Casbah. Je l’ai accompagné jusqu’ici et l’emmené chez moi où  étaient hébergés d’autres.

Qui sont-ils?

Rabah Bitat, Krim Belkacem, Ouamrane, Abane Ramdane, Lamine Debaghine qui était sorti de la prison ainsi que Mehri, sorti lui-aussi de la prison et puis envoyé à l’étranger. A l’issue de leur réunion, ils ont décidé d’exclure Alger de toute action révolutionnaire.

Quelle avait été votre réaction?

Je me suis opposé ouvertement à cette décision et j’ai insisté à ce qu’Alger soit un champ d’opération comme d’autres villes du pays. « Vous vous êtes trompés. Nous devons nous focaliser plutôt sur Alger, car les informations à Alger sont vite transmises vers le reste du monde, et c’est là notre but. Concentrer l’action en montagnes et dans les wilayas intérieures n’aura pas l’écho escompté. Au final on m’a dit: « Compte sur le Bon Dieu ! »

      A suivre…

En relation

600

9 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم
  • med b

    Ben M'hidi a fait offrande de sa vie pour l'algérie sans aucune contrepartie ,ses bourreaux ont reconnu son courage et son éloquence quand à vous l'algérie vous a payé pour ce que vous avez fait pour elle puisque votre situation materielle vous permet de bien vivre,vous avez hérité d'un statut qui vous permet d'ouvrir toutes les portes même celle du président à qui vous avez fait le baise-main.donnez une chance aux jeunes d'aujourd'hui,ils feront mieux pour l'algérie confisquée par un seul clan

  • Moh TZIRI

    tu n'est qu'un mouchard èspèce de vendu. Tu as vendu Hassiba, Ali et le petit Omar sans avoir eu une giffle. Tu le paieras, car bientôt c'est ta fin vu ton âge avancé, tu crêveras mais saches bien que tous les algériens sont au courant de ta grâce par le tortionnaire Aussaresses et consors…d'ailleurs tu n'es pas le seul Oui aux petits “terros” c'est la torture et la mort et au colonels et à la colonila on leur réserve une pension dorée.

  • Les morts ne parlent pas,vous attendez tout ce temps pour nous parler de l'histoire ,c'est trop tard mr yacef cela n’intéresse plus personne en ce moment c'est une autre génération et pour cette génération Ben M'hidi reste et restera un héro de la révolution,qu'il aurai tire un balle ou une rafale cet homme a une histoire.

  • je me demande si ce monsieur yacef saadi n'etait pas un indique tout porte a croire qu'il est au courant de tout n'etait t'il pas comme nezzar le groupe de lacoste parce que vouloir discrediter des moudjahid et des moudjahidate c'est inpensable son pere avze une boulangerie moi je sais que ma ville avoir un magasin ou une boulangerie il faut faire partit des français comment est ce que les français ont tuer ben m'hidi et se sont acharner contre lui s'il n'avait rien contre la france arretez

  • enaiz

    s'il continu à cette allure, il va terminer par déclarer que l'indépendance, c'est moi et moi seul . au départ ils t'ont dit de compter sur DIEU, maintenant je te conseille de revenir à DIEU. et de lire beaucoup le coran.

  • djames

    triste personnage ce yacef qu il se l'a ferme petit vendu

  • mourad

    saadi est un opprtuniste et un vendu.
    Au lendemain de l'independance, il s'est empresse a confisquer les villas et les yachts. Il s'est enrichi en louant les villas volees aux embassades etrangeres. Il devait rendre compte au GPRA et a la Federation de France pour sa conduite lache durant la bataille d'Alger. Il s'est vite mis du cote de l'Etat Major pour sauver sa peau et profiter de la naivete de BenBella qui lui a donne carte blanche. Saadi payera pour ses mefaits.

  • med

    Yacef Saadi Colonel de la revolution. C'est de la rigolade. BenMhidi etait un grand homme pas comme toi. Pourquoi Yacef Saadi n'a jamais parlé quand SYADOU comme Colonel Boubnider(Sawt El Arab) etait en vie. L'Algerie n'a plus d'hommes qui peut defendre les Chouhadas.

  • rafik

    Pourquoi l'ont-ils tué alors ?

close
close