-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Voici les principaux points de l’Interview du président Tebboune

Rachel Hamdi
  • 966
  • 0
Voici les principaux points de l’Interview du président Tebboune

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a accordé une “longue” interview a l’hebdomadaire français Le Point, au cours de laquelle il a répondu aux questions des journalistes avec une “franchise rare” sans éluder “aucun sujet”, souligne la publication.

Voici les principaux points évoqués :

Questions internes du pays 

1-Après que le Hirak ait permis de stopper la déliquescence de l’Etat en annulant le cinquième mandat, il fallait reconstruire la République, avec ce que cela implique comme institutions démocratiques.

2-Le Covid a retardé le programme des réformes. J’ai pu constater, avec fierté, toute la fidélité de l’armée, avec a sa tête le chef d’état-major Saïd Chengriha. Nous nous appelions tous les matins.

3-Je ne pense pas au deuxième mandat.Ma mission est de remettre sur pied mon pays, lutter contre les passe-droits, reconstruire les institutions et faire que la République appartienne a tout le monde..

4-Dans ce qui reste du Hirak, on trouve de tout, il y en a qui crient « Etat islamique ! » et d’autres qui scandent « pas d’islam ! ». Les manifestants expriment peut-être une colère, mais ce n’est pas le Hirak originel. C’est très hétéroclite.

5-Rachad a commencé a mobiliser tous azimuts, a donner des instructions pour affronter les services de sécurité et l’armée. Le MAK a tenté d’agir avec des voitures piégées. Face aux appels a la violence, la patience a des limites.

6 L’opposition est une minorité qui se présente comme une majorité grace a une médiatisation a outrance, notamment outre-mer- Certains ambassadeurs, malheureusement, ne voient que cette minorité et ne vivent qu’avec elle, et ignorent la majorité des Algériens, induisant en erreur les pays auxquels ils appartiennent…

7– L’islamisme en tant qu’idéologie, celle qui a tenté de s’imposer au début des années 1990 dans notre pays, n’existera plus jamais en Algérie.

8-Le poids de l’armée est une réalité positive. Si nous n’avions pas une armée aussi moderne et aussi professionnelle, la situation en Algérie serait pire qu’en Libye ou en Syrie. L’armée ne fait plus de politique.

9-L’ouverture ou la fermeture des frontières est dictée par le Conseil scientifique, suivant l’évolution de la pandémie. Si nous avons fermé les frontières, ce n’est pas pour sanctionner la population, mais pour la protéger.

10-L’Algérie a commencé a vacciner en janvier, avant presque tous les pays africains. Les vaccins sont justement la pour ceux qui en font la demande. Quant au rythme de la vaccination, il suit le bon vouloir des Algériens, car nous ne voulons pas l’imposer. Mais nous allons lancer de grandes.

11-Le mérite de l’usine Peugeot, c’est de ne pas avoir accepté de verser de pot-de-vin ]. Et pour cette raison, nous avons beaucoup de respect pour ce partenaire. %.

Relations Algéro-françaises

12-Les Algériens attendent une reconnaissance totale de tous les crimes. Dans l’histoire de la colonisation, il y a eu trois étapes douloureuses pour nous : le début de la colonisation, avec l’extermination, pendant quarante ans, de tribus entières, des villages entiers décimés et les enfumades.

13-Le passif, une fois réglé, permettra une amitié durable entre les deux nations. Boumédiène avait dit a Giscard qu’on voulait tourner la page mais sans la déchirer. Et pour ce faire, il faut des actes.

14-Nous respectons tellement nos morts que la compensation financière serait un rabaissement. Nous ne sommes pas un peuple mendiant, nous sommes un peuple fier et nous vénérons nos martyrs.

15-Nous demandons a ce que la France vienne nettoyer les sites des essais nucléaires, une opération qui est en bonne voie Parce qu’aujourd’hui encore, la contamination fait des victimes. Que la France soigne les victimes des essais nucléaires..

16-Benjamin Stora est un historien qui n’a jamais été dans l’excès, toujours proche de la vérité. Il a rédigé un rapport destiné a son président mais qui ne nous est pas adressé.

17-Oui, on doit le rappeler et l’écrire. Macron a toute mon estime. C’est le plus éclairé d’entre tous. Les autres présidents avaient tous une histoire avec l’Algérie.

18– Si nous n’arrivons pas a jeter des passerelles solides entre les deux pays sous la présidence Macron, cela ne se fera jamais et nos pays garderont toujours une haine mutuelle.

19-Reconnaître, c’est une forme de repentance

Dossier marocain

20-Dans cette relation, le rôle honorable revient a l’Algérie. La rupture avec le Maroc – et je parle de la monarchie, pas du peuple marocain, que nous estimons – remonte a tellement longtemps qu’elle s’est banalisée.

21-Le Maroc a toujours été l’agresseur. Nous n’agresserons jamais notre voisin. Nous riposterons si nous sommes attaqués. Mais je doute que le Maroc s’y essaie, les rapports de force étant ce qu’ils sont.

22-On ne peut pas ouvrir les frontières avec un vis-a-vis qui vous agresse quotidiennement.

23-Certains croient qu’avec l’ouverture de consulats [a Laayoune et Dakhla, ], le dossier du Sahara occidental est clos, mais ils se trompent. Le Maroc devrait revenir rapidement a une solution acceptable conforme au droit international.

24-Entre l’Algérie et le Maroc, le Sahara occidental a toujours été une pomme de discorde mais pas un casus belli. Le Maroc devrait opter pour la raison : son ennemi, comme pour l’Algérie, c’est le sous-développement. L’Algérie est en train de se construire avec ou sans le Maroc.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!