Marseille, un point de liaison entre Alger et Rabat!

date 2017/07/12 views 1072 comments 3
author-picture

icon-writer Abderrazak. B. / version française: Moussa. K.

Un rapport du Forum économique mondial (FEM) a critiqué la persistance de la fermeture des frontières terrestres entre l’Algérie et le Maroc.

Ce qui empêche, selon le Forum, l’intégrité maghrébine, indiquant par là même que les échanges commerciaux entre les deux pays se font à travers le port de Marseille (France) au lieu et place de leurs frontières terrestres.

Pour le FEM, l’Union du Maghreb fondée en 1989 est "un des pires blocs économiques en termes de performance au monde", dont l’échange commercial entre les cinq pays membres ne représente que 4.8% de leur  volume commercial et moins de 2% du PIB dans la région.

Par ailleurs, le Forum estime que pour surmonter cette situation, il va falloir une série de décisions, particulièrement la réouverture des frontières terrestres fermées entre l’Algérie et le Maroc depuis 1994.

Selon le même rapport, les déplacements entre les deux grands pays de l’UMA pourraient s’effectuer uniquement à travers des vols quotidiens entre Casablanca et Alger.

Le document estime que le plus absurde est que les marchandises -pour être transportées d’un pays à l’autre- doivent passer inéluctablement par le port de Marseille alors qu’il y a la possibilité d’être acheminées tout simplement par voie terrestre.

Selon toujours la même source, l’intégrité maghrébine permettrait à chacun des pays qui forment l’UM d’augmenter son PIB d’environ 5% et que la libération des services et la réformes des bases d’investissement sont de nature à augmenter le PIB par habitant, soit de 35% en Algérie, de 27% au Maroc et de 24% en Tunisie, selon des estimations de la Banque mondiale.

Rappelons que la frontière entre Alger et Rabat était fermée depuis 1994, lorsque les autorités marocaines avaient imposé le visa aux Algériens. L’Algérie a elle-aussi fermé la frontière de son côté.

Rabat a insisté par la suite auprès des officiels algériens en vue de la réouverture des frontières, mais  ces derniers ont posé des conditions, dont une condition sine qua non à savoir l’engagement du Maroc à lutter efficacement contre le trafic de drogue.

  • print