Ambassadeur irakien: «Très peu d’Algériens feraient partie du groupe Daech»

date 2017/07/15 views 738 comments 0
author-picture

icon-writer Abdessalam Sakia / version française: Moussa. K.

«Les relations avec l’Algérie sont fortes et excellentes», a déclaré l’ambassadeur d’Irak en Algérie, Abdulrahman Hamad Mohammed Al-Hussaïni.

Le diplomate irakien s’est exprimé lors d’une rencontre avec les médias mercredi dans sa résidence à Alger où il a tenu à mettre le point sur la situation sur le terrain après l’annonce de la libération de la ville de Mossoul.

«Il y a une forte coopération sécuritaire entre les organes compétents des deux pays. Daech est vaincu définitivement dans la capitale de Al-Rashid après la libération de Mossoul », s’est félicité Abdulrahman Hamad Mohammed Al-Hussaïni.

« Baghdad et Alger ont pratiquement une même vision par rapport aux questions de la région. Je salue au passage la merveilleuse initiative du président Bouteflika qui a ordonné le déploiement de six (6)  avions militaires qui portaient des fournitures et des médicaments pour les déplacés à Mossoul», a ajouté l’ambassadeur irakien.

Se penchant sur le dossier des détenus algériens en Irak, en suspens depuis plusieurs années, il a tenu à préciser que «le dossier irakien est maintenu par les ministères algérien et irakien de la Justice. De son côté, l’ambassadeur d’Algérie en Irak suit le dossier jour après jour».

«L’Irak a combattu pour le compte du monde et nous avons anéanti la plus dangereuse organisation terroriste et éliminé définitivement l’organisation», a fait savoir Al-Hussaïni.

«L’organisation est formée de combattants originaires de 100 pays et la référence religieuse – la fetwa lancée par le shiite Al-Sistani pour combattre l’organisation- avait été d’un grand apport et a laquelle tous les Irakiens ont répondu favorablement», a-t-il soutenu.

A la question sur la présence de combattants algériens dans les rangs de Daech au Mossoul, il dira: «Il y a lieu de souligner que les éléments terroristes ne représentent pas leurs pays respectifs et je ne sais pas s’il y a des Algériens parmi eux, peut-être un ou deux et ils peuvent certainement se compter sur les doigts d’une seule main». 

Par ailleurs, il n’a ni confirmé ni infirmé la mort du leader de l’organisation, Abu Bakr Al-Baghdadi.

  • print