-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

L'affaire Office Régional des Céréales/ Semoulerie SIM : 13 personnes sous contrôle judiciaire

الشروق أونلاين
  • 1834
  • 0
L'affaire Office Régional des Céréales/ Semoulerie SIM : 13 personnes sous contrôle judiciaire

13 personnes ont été placées sous contrôle judiciaire, à une heure tardive de la soirée d'avant-hier, parmi lesquelles le président directeur général du Groupe SIM, dans le cadre de l'affaire relative au marché des céréales passé entre l'office régional des céréales à El Affroun et le complexe de Semoulerie Industrielle de la Mitidja (SIM).

  24 autres personnes seront appelées à comparaître à la fin de l’enquête. 

 Dans l’affaire relative au marché passé entre l’office régional des céréales d’El Affroun et le groupe des semouleries SIM, plusieurs griefs sont retenus à l’encontre des 13 personnes mises en cause parmi les 37 impliquées: non-respect de la règlementation dans les passations de marchés, dilapidation de deniers publics et faux et usage de faux. 24 autres personnes citées dans l’enquête menée par la Gendarmerie Nationale seront appelées à comparaître devant le tribunal dès la fin des investigations qui sont actuellement en cours. 

D’autres personnes ont été entendues comme témoins dans cette affaire qui secoue la ville de Blida qui continue à être ébranlée par des scandales après celui de l’ex wali Mohammed Bouricha, sans parler d’autres attribués à des industriels.Durant treize heures, pas moins de cent treize personnes ont été auditionnées par le procureur de la république qui a requis la liberté provisoire pour 13 d’entre elles et le contrôle judiciaire pour le reste.

 Mais le juge d’instruction a, lui, décidé de placer sous contrôle judiciaire treize personnes, tandis qu’aucun chef d’accusation n’a été retenu contre les vingt-quatre autres. Le président directeur général de SIM, le directeur général de l’office interprofessionnel des céréales ainsi que quatre autres cadres dirigeants de l’office font partie des personnes mises sous contrôle judiciaire. D’anciens responsables n’y ont également pas échappé.L’enquête dans cette affaire qui a éclaté au grand jour en 2006, a révélé le non respect de la règlementation, en matière de passation de marchés, par l’office interprofessionnel des céréales concernant l’approvisionnement des minoteries en blé. L’association nationale des semouleries avait attiré l’attention sur cette irrégularité.

Elle a décidé d’exclure le patron du groupe SIM de l’association et de faire part aux pouvoirs publics de ces dépassements. Les enquêteurs de la gendarmerie ont par la suite découvert que les responsables du groupe SIM avaient signé des accords avec la Coopérative des céréales et légumes secs de Blida qui ont permis la vente de blé avec une réduction sur le prix qui a atteint 50 dinars sur le quintal de blé de moindre qualité.

Le même groupe a également bénéficié de privilèges en obtenant un quota de blé supérieur à celui imposé par les pouvoirs publics à ses semouleries.Ce procédé est contraire à la règlementation de passation de marchés relative à la limitation de la distribution du blé aux semouleries. Cette limitation avait été décidée par le gouvernement Ouyahia pour faire face à la flambée des prix du blé sur le marché international.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!