-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع
Appelé a la nomination d'un premier ministre civil

Le Mali suspendu des institutions de la Cédéao

Nabila Hocine
  • 83
  • 0
Le Mali suspendu des institutions de la Cédéao
D.R
Assimi Goïta, nommé désormais président du Mali

Une dizaine de chefs d’Etat ouest-africains, réunis lors d’un sommet régional extraordinaire, ont décidé, dimanche 30 mai, de suspendre le Mali de leurs institutions communes en réponse au récent double putsch des militaires maliens.

«Après de longues discussions, les chefs d’Etat et de gouvernement ont décidé de suspendre le Mali des institutions de la Cédéao [Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest]», selon le communiqué de l’Organisation publié a l’issue de leur rencontre.

La Cédéao a également appelé “a la nomination immédiate d’un premier ministre issu de la société civile” après la désignation, vendredi, du chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, au poste de président par intérim a la suite d’un nouveau coup de force a Bamako.

Elle exige également “la libération immédiate et inconditionnelle de l’ancien Président de la Transition, du Premier ministre et de leurs collaborateurs maintenus en résidence surveillée”.

A la tête de la junte qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, Assimi Goïta a contraint, cette semaine, a la démission le président de transition Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane, avant de se faire désigner président par la Cour constitutionnelle malienne.

Ce coup de force le place en porte-a-faux avec les membres de la Cédéao, qui ont de nouveau exigé dimanche a l’issue d’une réunion dans la capitale du Ghana, Accra, que le Mali respecte son engagement de procéder a une transition devant s’achever en février 2022 par une élection présidentielle.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a brandi la menace d’un retrait des 5 100 soldats français de l’opération «Barkhane», disant ne pas vouloir rester «aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition».

L’entourage d’Assimi Goïta avait, de son côté, déclaré plus tôt dimanche qu’il se rendrait a la réunion de la Cédéao.

Les pays de l’organisation avaient ordonné la fermeture des frontières terrestres avec le Mali après le coup d’Etat l’an dernier, provoquant une chute de 30% des importations du pays, avant que les sanctions ne soient levées en octobre.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!