Le FMI préconise une hausse des prix de carburant et d’électricité en Algérie

date 2017/03/21 views 552 comments 2
author-picture

icon-writer Hassen Houicha / version française: Moussa. K.

La mission du Fonds monétaire international (FMI) a appelé l’Algérie à consentir plus d’efforts en faveur de la suppression des subventions à l’énergie, la résorption du marché parallèle des changes, l’élargissement de l’assiette fiscale et la rationalisation des exonérations fiscales.

Le chef de la mission du FMI en l’Algérie, Jean François Dauphin a indiqué lundi, lors d’une conférence de presse à l’hôtel Aurassi à Alger, que les subventions destinées à l’énergie (carburant, électricité) doivent être remplacées progressivement.

Pour le représentant du FMI, les subventions à l’énergie bénéficient surtout aux ménages aisés, insistant ainsi à ce qu’un soutien direct soit destiné aux personnes les plus défavorisées.

Jean François Dauphin a qualifié le marché parallèle d’une problématique complexe pour l’Algérie, estimant qu’avant de parler de la lutte contre ce phénomène, il fallait d’abord connaître les causes poussant les entreprises à aller vers le marché parallèle. 

Pour remédier au phénomène, l’orateur a recommandé la prise de mesures incitatives en vue la récupération des fonds circulant dans le circuit informel à travers la bancarisation, le paiement électronique et les cartes de domiciliation bancaire.

De l’avis du chef de la mission du FMI, les autorités et la Banque d’Algérie sont appelées à œuvrer à ce que la monnaie nationale (dinar) soit alignée sur la situation fondamentale de l’économie de sorte que le marché parallèle des changes soit résorbé.

En se montrant très critique à l’égard de la règle 51-49% qui régit l’investissement étranger en Algérie, Dauphin a appelé à un assouplissement stratégique susceptible d’améliorer davantage le climat des affaires et des investissements.

En outre, il a recommandé au gouvernement algérien de prendre une série de mesures en vue de la réforme du budget de l’Etat, la maîtrise des dépenses publiques qui passent par l’élargissement de l’assiette fiscale, l’amélioration du recouvrement de l’impôt ainsi que la rationalisation des exonérations fiscales.

  • print