الأحد 15 سبتمبر 2019 م, الموافق لـ 15 محرم 1441 هـ آخر تحديث 16:54
الشروق العامة الشروق نيوز الشروق +
إذاعة الشروق
Djaâfar Saada

Les Algériens ont renoué avec les manifestations pour le 13e vendredi consécutif. Outre la grande mobilisation populaire à travers l’ensemble du territoire national en ce deuxième vendredi depuis le début du mois sacré (Ramadhan), la marche à Alger a été marquée par la participation des dizaines de maires et d’élus locaux.

A l’occasion de ces manifestations, les citoyens ont réitéré leurs revendications, à savoir le départ des 3B, Bensalah, Bedoui et Bouchareb et le rejet des élections présidentielles du 4 juillet prochain.

Le 13e vendredi de manif coïncide avec la comparution d’anciens responsables devant le tribunal, entre autres Ouyahia, Sellal, Benyounès, Karim Djoudi, Amar Tou, Zoukh…

En dépit du jeûne et des barrages dressés par les services de sécurité, les manifestants n’ont rien perdu de leur ferveur et de leur détermination de braver la chaleur et les restrictions jusqu’à la satisfaction de toutes leurs revendications, à savoir l’édification d’un Etat de droit.

“Nous ne laissons pas les voleurs de la patrie confisquer notre Révolution…Nous sommes déterminés et nous continuons d’aller de l’avant”, ont scandé des centaines de manifestants ayant sillonné les rues de la capitale.

“Le hirak est le nôtre…nos revendications sont sincères”, “La chorba, la charbat hata taskout El Issabat” (Pas de chorba, pas de charbat jusqu’à la chute des bandes), ont crié des citoyens ayant marché de la Place Audin vers la Grande Poste.

En outre, ils ont exigé le départ de tout le système bouteflikien en allant du simple responsable local jusqu’à la Présidence de la République. “De la mairie au Palais de El Mouradia…ils partent tous”, ont-ils réclamé.

“Nous avons fait avorter le 5e mandat, il reste la France”, ont-ils crié, en faisant allusion à ceux qui sont présentés comme des “agents de Paris”.

Nous n’allons pas aux urnes, nous allons à la plage

Les manifestants ont réitéré leur rejet des élections auxquelles a appelées le Président par intérim, Abdelkader Bensalah.

“Ce peuple ne veut pas d’élections”, ont crié des manifestants, ayant répondu de manière ironique, à travers une imposante pancarte, à la convocation du corps électoral. “Les prévisions météos annoncent une journée ensoleillée le 4 juillet prochain…Allez en famille à la plage”, peut-on lire sur une banderole.

“Makanch Intikhabat ya El Issabat”, (Pas d’élection espèce de bandes), “Bensalah, allez voter tout seul. L’urne est à vous”, “Nous continuons notre hirak…Pacifiquement, nous triompherons”, “Vous avez pillé le pays bande de voleurs”, ont également crié les citoyens.

Notons que les citoyens ayant battu le pavé à Alger ont réitéré leur attachement à l’institution militaires qui s’était engagée d’accompagner le peuple jusqu’à la satisfaction de ses revendications légitimes.

Les maires volent la vedette

La marche à Alger a été marquée particulièrement par la participation des dizaines de maires et d’élus locaux venus des wilayas de Béjaïa, Tizi Ouzou, Bouira, Boumerdès et Jijel.

“Pas d’élection”, “La combat continue jusqu’à la chute du système”, ont scandé des maires.

“Nous sommes venus aujourd’hui pour réaffirmer notre décision de boycott des élections du 4 juillet qui sont truquées d’avance”, a averti un maire de Béjaïa  qui a appelé à une période de transition afin de jeter les bases d’une vraie démocratie.

Les manifestants réjouis d’ouverture des dossiers de corruption

Par ailleurs, ils ont exprimé leur satisfaction quant à l’ouverture des dossiers de corruption et la convocation de hauts responsables qui seraient impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics.

“Ö magistrats de la République, votre peuple est votre légitimité”, ” Ö magistrats, enquêtez sur des affaires de corruption. Ne trahissez pas notre confiance”, “Espèce de bandes, l’heure est pour le jugement”, “La bande est sous contrôle…la justice est appelée à prononcer des sanctions lourdes”, ont-ils également scandé en référence à l’incarcération de Saïd Bouteflika, Toufik et Tartag par le tribunal militaire de Blida.

ETRHB الديوان الوطني للسياحة المركز الحدودي بوشبكة

En relation

600

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close