الجمعة 21 سبتمبر 2018 م, الموافق لـ 11 محرم 1440 هـ آخر تحديث 17:17
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

L’épisode continu de la restitution des crânes des résistants algériens refait surface. Le ministère français des Affaires Etrangères a jugé complexe, l’opération de la restitution des carnes conservés au Muséum National d’histoire naturelle (MNHN).

«Le processus de restitution de ces restes humains est complexe car, au-delà de la problématique politique et mémorielle, il touche au statut juridique de ces restes humains qui ont été intégrés aux collections publiques nationales. Ceux-ci relèvent à ce jour de la domanialité publique et sont, à ce titre, inaliénables, insaisissables et imprescriptibles », a expliqué le Quai d’Orsay, soulignant que d’autres restes mortuaires nécessitent un travail d’identification.

La même source a notamment dévoilé qu’un travail législatif serait en préparation afin de restituer les crânes.

«Sur la nécessité de mettre en place une commission chargée d’identifier ces restes et de faire évoluer le cadre juridique français sur la question de la domanialité publique qui fait que ces crânes deviennent inaliénables, insaisissables et imprescriptibles», ajoute la source officielle.

Pour rappel, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a été saisi en juillet dernier par une question écrite à ce sujet par la députée d’origine algérienne Fadila Khattabi (LREM).  Dans sa question, la députée a interpellé le ministère sur les critères du modus operandi adopté pour la restitution des crânes de résistants (chouhada) algériens du 19e siècle, conservés au Muséum national d’histoire naturelle, et réclamés officiellement par l’Algérie, ainsi que sur les délais de sa mise en œuvre.

Echoroukonline: Rachel Hamdi

https://goo.gl/AHUK1X
Algériens crânes restitution

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close