author-picture

icon-writer Assia Chalabi, Nouara Bachouche/Echoroukonline

Le père de Mohamed Merah, Benalel Merah, a dénoncé l’exploitation politique de ce qu’il appelle « l’affaire de Toulouse » par certaines parties au pouvoir en France. D’autre part, il ne cache pas sa préoccupation quant à la sécurité de sa famille à Toulouse.

Le père de Mohamed Merah a affirmé qu’il a l’intention d’attaquer en justice les services de sécurité français au cas où s’avérerait que ces derniers auraient transgressé la loi lors de l’opération de Toulouse qui s’était soldée par la mort de son fils, impliqué dans le meurtre de sept personnes. Les 11, 15 et 19 mars, Mohamed Merah avait tué sept personnes, dont trois parachutistes, trois écoliers et un enseignant de confession juive à Toulouse et Montauban.

« Je demanderai l’avis des avocats pour étudier la possibilité d’attaquer en justice les services de sécurité français responsables de la mort de mon fils Mohamed », a-t-il déclaré mardi au Forum d’Echorouk. « Ces services auraient pu arrêter mon fils vivant et le remettre à la justice française », a-t-il estimé.

 D’autre part, il a critiqué certains médias étrangers qui ont exploité, selon lui, « l’affaire de Toulouse ». « Je regrette infiniment l’exploitation politique de mon fils dans la campagne électorale en France », a-t-il dit à cet effet. « Je fais appelle aux médias étrangers à arrêter d’exploiter cette affaire et d’arrêter leur  propagande», a-t-il déclaré.

 Par ailleurs, il a regretté la censure et la diffamation dont a fait l’objet sa déclaration faite à une chaîne de télévision française. « Lors d’une déclaration que j’ai faite à une chaîne de télévision française, mes propos ont été déformés. J’avais dit que j’envisageais d’ester les services de sécurité français en justice et non pas la Français », a-t-il tenu à rectifier.

 Enfin, il a d’ores et déjà rejeté toute la responsabilité sur les autorités françaises en cas de représailles touchant sa famille en France. « Les autorités françaises seraient responsables de toute atteinte à ma famille à Toulouse», a-t-il conclu.

Benalel Merah : « J'ai décidé d'enterrer mon fils en Algérie » 

« J'ai décidé d'enterrer, Inch'Allah, mon fils en Algérie », a déclaré Mohamed Benalel Merah. « Son frère Abdelghani m'a appelé pour m'assurer qu'ils font le nécessaire pour le ramener en Algérie. Mohamed a un passeport algérien et est inscrit au consulat de Toulouse depuis sa naissance », a-t-il ajouté.

 Mohamed Merah voulait s’installer en Algérie

 « Mohamed voulait s'installer en Algérie où il comptait fonder un foyer parce qu'il avait fini par détester la France où sa situation sociale était devenue difficile », a raconté son oncle maternel. Selon lui, le Mohamed a séjourné pour la dernière fois en Algérie en 2010: « Il avait alors demandé à son père de lui acheter un appartement pour se marier mais il avait essuyé un refus », a ajouté son oncle.