Iran : Hassan Rohani réélu président dès le premier tour

date 2017/05/20 views 698 comments 1
author-picture

icon-writer Agences

Le président iranien Hassan Rohani a été réélu dès le premier tour, a annoncé samedi la télévision publique iranienne... qui lui a transmis ses félicitations. Des résultats encore partiels le créditent de 22,8 millions de suffrages contre 15,5 millions pour son principal rival, Ebrahim Raisi, un religieux ultraconservateur de 56 ans, a annoncé le ministère de l'Intérieur

Forte participation

Le président Hassan Rohani, qui brigue un deuxième mandat, aurait comme en 2013 dépassé la barre des 50% des suffrages exprimés nécessaire pour être élu dès le premier tour. La participation, estimée à 70%, a été forte, contraignant les autorités à repousser à plusieurs reprises l'heure de clôture des opérations de vote. Les bureaux de vote ont finalement fermé à 23h00 (18h30 GMT). Le guide suprême de la Révolution, l'ayatollah Ali Khamenei, avait appelé les Iraniens à se mobiliser.

Cette participation était l'une des inconnues de l'élection, le camp modéré redoutant que les difficultés économiques qui pèsent sur le bilan du président sortant (pouvoir d'achat, chômage) ne détournent des urnes une partie des électeurs qui l'avaient porté au pouvoir il y a quatre ans. Finalement équivalente à celle du scrutin de 2013, elle a favorisé sa candidature. La large mobilisation des groupes radicaux et la perspective réelle de voir Ebrahim Raisi, qui avait apparemment le soutien des gardiens de la Révolution, l'emporter ont semble-t-il effrayé de nombreux électeurs qui sont finalement allés voter.

L'accord sur le nucléaire conforté par la réélection de Rohani

Le résultat de la présidentielle pourrait déterminer si le retour de Téhéran dans le concert des nations à la faveur de l'accord sur le nucléaire de juillet 2015 est appelé à s'accélérer. Approuvé par Ali Khamenei en personne, cet accord a permis une levée des sanctions internationales contre l'Iran en échange de son engagement à travailler sur un programme nucléaire strictement civil. Il n'avait été remis en cause par aucun candidat. Mais Ebrahim Raissi a accusé Hassan Rohani d'avoir été "faible" pendant les négociations et de ne pas avoir su tirer avantage de l'accord.

  • print