-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

200 affaires devant le tribunal de Birmourad Rais:1100 employés de banques en justice au niveau national

200 affaires devant le tribunal de Birmourad Rais:1100 employés de banques en justice au niveau national
600 personnes poursuivies à la capitale

De sources judiciaires, Echorouk Al Yaoumi apprend que 1100 personnes travaillant dans des banques publiques et privées et dans des filiales de banques étrangères internationales en Algérie sont poursuivies en justice pour diverses affaires de détournement de fonds, de corruption et de trafic d'influence.                                                                                                            La capitale se classe en tête avec 600 personnes poursuivies. Ces sources indiquent que ces personnes occupent des postes importants, comme responsables directs au niveau des différentes agences bancaires ou bien comme chargés de la comptabilité et des crédits et que sur les 1100 poursuivies, 324 sont en détention provisoire. D’autres purgent leur peine tandis que la justice a condamné plus de 400 accusés à des peines légères, quelques uns de prison avec sursis et d’autres ont été innocentés. La capitale vient en tête des wilayas, où le plus grand nombre de poursuites judiciaires ont été engagées à l’encontre d’employés de banques avec 600 accusés impliqués dans 285 affaires.Le tribunal de Birmouradrais en traite 200, en raison du territoire dont il a la charge et qui regroupe la majorité des sièges des entreprises financières publiques et privées en sus des agences bancaires étrangères. Le tribunal de Sidi M’hamed et celui d’Hussein-dey se chargent également d’affaires de ce genre. Vient ensuite la wilaya d’Oran où plus de 200 personnes sont mises en examen pour avoir touché des pots de vin et pour détournement d’argent. Le tribunal de Chéraga se classe en troisième position quant au nombre de personnes poursuivies en justice pour les mêmes chefs d’accusation. Suivent d’autres wilayas de l’ouest algérien comme Relizane, Mascara et Sidi Bel-Abbès où grand nombre de poursuites judiciaires sont liées à des crédits octroyés de façon illégale à des commerçants.   Les poursuites sont engagées soit par les services des affaires juridiques qui relèvent de la Banque d’Algérie ou bien par les responsables qui en général déposent plainte pour des détournements opérés au niveau de leurs agences bancaires.  A en croire notre interlocuteur, l’affaire Khalifa n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des malversations car n’impliquant que peu d’employés de banques -24 d’après ses estimations- le reste étant des gens qui n’ont aucun rapport avec le milieu bancaire; alors que seule la Banque du Commerce et de l’Industrie compte plus de 300 personnes poursuivies. Les banques les plus importantes qui ont connu des “dépassements” et dont des employés sont poursuivis par la justice, sont des agences de la BADR et la BDL puis le CPA et enfin des succursales de deux banques françaises; Société Générale et BNP Paribas. 

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!