الأربعاء 23 جانفي 2019 م, الموافق لـ 17 جمادى الأولى 1440 هـ آخر تحديث 22:25
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق

Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Tayeb Louh, a affirmé que le Président Bouteflika rejetait catégoriquement l’ingérence des milieux étrangers dans les affaires intérieures de l’Algérie estimant que l’ingérence de ces personnes avait des objectifs particuliers sous le couvert des principes des droits de l’homme qui sont devenus une force de pression dans plusieurs pays.
Le Ministre a indiqué que le Président, Abdelaziz Bouteflika “refuse que les principes des droits de l’Homme soient exploités par des milieux étrangers pour d’autres fins qui ont eu leurs impacts délétères dans plusieurs pays”.
Dans un discours prononcé mardi devant l’Assemblée populaire nationale (APN) lors de la journée parlementaire consacrée aux droits de l’Homme, M. Louh a défendu les lois adoptées par l’Algérie dans le domaine de la protection des droits de l’homme et des libertés, notamment en évitant le recours injustifié à l’emprisonnement temporaire et en introduisant le principe du procès à deux niveaux devant les tribunaux pénaux.
Le Ministre a attribué ce crédit au Président en déclarant: “Lorsque nous parlons de cette voie, qui est encore longue, d’autant plus que la nature de ces droits est cumulative et renouvelée, elle doit être reconnue grâce à la sagesse et la clairvoyance du président Bouteflika qui a permis à la patrie d’établir les règles du progrès et de justice.
M. Tayeb Louh a souligné à cet égard que l’étendue de la compétence territoriale judiciaire est le fruit de la réforme de la justice en cours ces dernières années.

https://goo.gl/YStgMt

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close