الأحد 23 سبتمبر 2018 م, الموافق لـ 13 محرم 1440 هـ آخر تحديث 12:41
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Les dirigeants de seize (16) Etats membres de l’Union européenne (UE) se sont rencontrés dimanche pour examiner une proposition d’installation des camps de migrants dans les pays d’Afrique du nord, et ce pour tenter de freiner les flux migratoires vers l’Europe.

Toutefois, cette proposition risque de ne pas faire l’unanimité, sachant que la question de la migration divise davantage l’Europe.

Tandis que l’Italie insiste à ce que ces camps soient érigés en dehors de son sol et qu’ils soient abrités par les pays de la rive sud de la Méditerranée, la France et l’Allemagne incitent l’Italie, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie  à accueillir les migrants clandestins sur leurs sols respectifs en attendant à ce qu’une décision soit définitivement prise sur ce dossier épineux, dont la tension semble d’ores et déjà monter entre le président français, Emmanuel Macron d’un côté, et le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini de l’autre.

Utile de rappeler que l’idée de construire des camps pour migrants illégaux en Algérie, en Tunisie, au Maroc et en Libye ne date pas d’aujourd’hui, car elle remonte aux années 1990 lorsque l’ancien premier ministre britannique, Tony Blair l’avait proposée mais sans pour autant convaincre ses partenaires européens, non plus maghrébins.

A cet effet, Rome a menacé de boycotter la réunion si les grands pays de l’Union refusent d’adopter une stratégie ferme pour lutter contre ce phénomène, alors que les autres pays, en l’occurrence la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie ont prôné le boycott. Ces pays ont adopté des lois interdisant de venir en aide aux migrants illégaux.

Ainsi, Bruxelles a rejeté par la voix du commissaire européen aux migrations, Dimitris Avramopoulos l’idée d’installer des camps de migrants dans l’Afrique du nord. “Je suis contre des Guantanamo pour les migrants, cela va à l’encontre des valeurs européennes”, a-t-il insisté.

Sofiane. A. / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/mBo2XE
Maghreb Migration Union européenne

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close