-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Report de la deuxième plus grande affaire de blanchiment d’argent au 6 juillet prochain

الشروق أونلاين
  • 1100
  • 0
Report de la deuxième plus grande affaire de blanchiment d’argent au 6 juillet prochain
rachida dati ministre de La justice française

Les services de sécurité français ont éclaté l’affaire et alerté la justice algérienne ; la justice française refuse de remettre un des fondateurs de « BCIA Bank » à l’Algérie

La justice française a refusé de remettre  Ali Kharoubi, l’ancien président directeur général de la banque commerciale et industrielle dissoute à la justice algérienne qui a condamné le commis à dix ans de prison ferme avec un mandat d’arrêt international à son encontre en mars 2007 dans le cadre de ce qui est connu par le jugement de « BCIA Bank ».

Des sources fiables ont révélé à Echorouk que le tribunal de paris ayant traité durant les jours passé l’affaire d’extradition d’un actionnaire de la banque en question et son ancien directeur régional à Oran a refusé la demande sous prétexte qu’il n’existe aucun caractère criminel . Le tribunal classe l’affaire dans le cadre des délits commerciaux d’autant plus que le remis en cause a subi une opération chirurgicale très délicate, ce qui a poussé la défense à présenter un dossier médical à l’instance du tribunal, démontrant que l’accusé en fuite ne peut passer aucune peine en prison algérienne.

Ces faits viennent alors que la justice française a remis deux de la famille Kharoubi, propriétaires de la banque en 2006 à la justice algérienne, après leur arrestation de par la police française à la suite d’un ordre des services d’Interpol.

C’est en même temps que le tribunal de Bir Mourad Rais reporte pour la troisième fois consécutive le jugement dans la plus grande affaire de blanchiment ou trois membres de la famille Kharoubi propriétaires de la banque industrielle et commerciale sont accusés. Une banque dissoute par décision de la banque centrale d’Algérie N° 08/2003 du 21 août 2003.

Ces trois accusés avec 11 autres personnes dont des commerçants connus, ont procédé à des transferts de devises vers l’étranger et de dépassements de législation relative au mouvement de capitaux de l’étranger et vers l’étranger.

Par ailleurs, l’affaire a été reportée à cause de l’absence d’un accusé qui a été transféré depuis une semaine vers la prison d’Alger, pour le reprendre vers Oran pour assister aux séances de jugement au niveau du tribunal d’Oran , donc la juge a reporté au 6 juillet prochain.  

Les enquêtes ont révélé que Ahmed Kharoubi a signé un chèque à blanc le 11 août 2003, et dont la fille a défini la somme de 200 euros le lendemain de la signature du chèque. Les investigations ont également révélé que la même personne a fait une correspondance à « Angi Bank » le 27 août de la même année pour transférer 61 mille euros du compte bancaire de la banque dissoute vers le compte bancaire de sa fille à la banque de « Kaidif », une demande qui a été refusée des responsable de la banque commerciale et industrielle le 21 août 2003.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!