-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Violences au Tibet: des centaines de morts

الشروق أونلاين
  • 1915
  • 0
Violences au Tibet: des centaines de morts

Alors que Pékin annonce officiellement la mort de 13 émeutiers tibétains, le Parlement de la province en exil à Dharamsala parle lui d'un bilan beaucoup plus lourd. Selon lui, des “centaines de personnes” ont été tuées dans les violences.

 

e gouvernement chinois a rejeté lundi l’entière responsabilité des violences à Lhassa sur des “émeutiers tibétains” qui auraient tué 13 personnes, bilan très inférieur aux “centaines de personnes” établi par les Tibétains en exil.

Des centaines de personnes ont été tuées dans les violences survenues au Tibet, a affirmé lundi dans un communiqué le Parlement des tibétains en exil à Dharamsala, dans le nord de l’Inde.

“Le fait que de vastes manifestations qui ont débuté le 10 mars dans la capitale Lhassa et d’autres régions du Tibet aient entraîné la mort de centaines de Tibétains avec usage de la force (…) doit être porté à l’attention des Nations unies et de la communauté internationale”, indique le communiqué du Parlement.

Le président de la région du Tibet, Qiangba Puncog, a de nouveau averti que les “émeutiers” de Lhassa avaient jusqu’à lundi minuit pour se livrer. “S’ils se rendent, ils seront traités avec clémence. S’ils donnent des informations sur d’autres personnes impliquées dans des délits, ils seront traités avec encore plus de clémence”, a-t-il dit.

“Ceux qui ont commis des crimes graves seront traités impitoyablement”, a toutefois averti ce haut responsable, lors d’une conférence de presse à Pékin. Les “émeutiers tibétains” ont tué treize personnes innocentes à Lhassa vendredi dernier, a affirmé le président de la région contrôlée par la Chine depuis 1951. “Ils ont brûlé ou frappé à mort 13 civils innocents”, a-t-il dit, sans faire état de victimes qui auraient été tuées par la police ou l’armée, comme l’affirment des groupes pro-Tibétains.

Plus de 300 incendies ont été allumés, la plupart dans des magasins, et 56 véhicules ont été incendiés. “En tant que responsable, je peux vous assurer qu’il n’y a pas eu de coups de feu” de la part des forces de sécurité, a déclaré le président de la région du Tibet. Samedi, le gouvernement régional avait affirmé que les forces de l’ordre n’avaient procédé qu’à des tirs de sommation. Plusieurs témoignages recueillis par l’AFP auprès de résidants et de touristes étrangers ont fait état de coups de feu entre vendredi et dimanche.

Qiangba Puncog a également affirmé lundi que l’armée n’était pas intervenue pour réprimer les émeutes qui sont survenues à l’issue d’une semaine de manifestations emmenées par des moines bouddhistes à l’occasion du 49e anniversaire du soulèvement anti-chinois de Lhassa. “L’Armée Populaire de Libération n’a été pas impliquée”, a-t-il assuré, expliquant que les militaires avaient seulement apporté leur soutien après les émeutes, pour le maintien de l’ordre.

Les autorités répètent que le calme est revenu mais “déconseillent” aux touristes étrangers et à la presse de s’y rendre pour des questions de “sécurité”. Le journalistes doivent de toute façon obtenir un permis spécial. “La situation est grave mais l’école a rouverte quand même”, a indiqué à l’AFP une enseignante d’une école secondaire. “Mais la plupart des élèves ne peuvent pas sortir de chez eux (…) la police et l’armée patrouillent partout, il y a des chars”, a-t-elle ajouté.

Dimanche, les manifestations de Tibétains se sont propagées dans d’autres régions, notamment au Sichuan (sud-ouest), au Gansu et Qinghai (nord-ouest) où vivent des minorités tibétaines.  Au Sichuan, au moins sept personnes ont été tuées par balles dans le district tibétain de Nagwa, selon deux groupes pro-tibétains. La répression de cette manifestation par la police a fait au moins trois morts, a indiqué à l’AFP un témoin direct.

Intervenant dimanche depuis son lieu d’exil de Dharamsala (Inde), le dalaï lama a dénoncé un “régime de terreur”. Le chef spirituel des Tibétains et prix Nobel de la Paix 1989 a plaidé pour une enquête par un organisme international.

A cinq mois des Jeux Olympiques de Pékin, ces événements, qui sont les plus violents au Tibet depuis 1989, ont relancé le débat sur le boycott du rendez-vous sportif. Des manifestations ont rassemblé des centaines de personnes dans plusieurs capitales européennes et à New York samedi et dimanche pour dénoncer la “répression” menée par les autorités chinoises au Tibet.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!