-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع
Selon des médias français

Le Maroc, principal “financeur” des mosquées en France

Echoroukonline
  • 277
  • 0
Le Maroc, principal “financeur” des mosquées en France
D.R
Grande mosquée de Paris

Le Maroc est désigné comme un des principaux pays finançant les lieux de culte musulman en France, avec un montant annuel estimé à 6 millions d’euros.

Selon le site d’informations français RTL, l’Algérie verse 2 millions d’euros à la Grande mosquée de Paris, qui gère 600 mosquées placées sous son autorité.

Évoquant le projet de loi sur le séparatisme dont l’Assemblée nationale française conclut ce mardi 16 février l’examen en première lecture, des médias français ont désigné un certain nombre d’Etats qui tentent, à leurs yeux, d’influencer l’Islam de France, à savoir entre autres l’Algérie, le Maroc, la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar.

Le Maroc contribue, lui, avec près de 6 millions d’euros dans la construction et la gestion de lieux de culte, dont 800 au total seraient sous son influence, tandis que 400 seraient liés directement à la communauté turque, selon la même source.

Sur ce volet financement, les autorités françaises entendent renforcer le contrôle des dons provenant de l’étranger, dont la loi sur le séparatisme stipule que «Les dons de plus de 10.000 euros devront être déclarés sous peine de sanction».

Elle prévoit également que «la cession d’un lieu de culte à u pays étranger sera soumise à une obligation de déclaration préalable».

A cet effet, il y a lieu de s’interroger si les officiels français ne tentent pas empêcher l’Algérie de s’attribuer la Grande mosquée de Paris qu’elle finance depuis plusieurs années. D’ailleurs, en 2015, l’ancien ministre des  Affaires religieuses, Mohamed Aïssa avait annoncé que «l’Algérie a entamé officiellement les procédures d’appropriation de la Grande mosquée de Paris».

Selon ce média français, «le Maroc qui est propriétaire de la mosquée d’Évry tente, lui, de mettre la main sur la mosquée du Puteaux près de Paris ou d’Angers».

Riyad et Doha ont quant à elles aussi une influence principalement financière sur l’Islam de France, a fait savoir la même source.

Il y a quelques mois, le président français Emmanuel Macron avait affiché sa volonté de renoncer aux imams détachés de l’Algérie, du Maroc et de la Turquie.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!