-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Quatre Harragas algériens arrivent au Canada après 27 jours passés dans des containers

الشروق أونلاين
  • 1727
  • 0
Quatre Harragas algériens arrivent au Canada après 27 jours passés dans des containers

Les services canadiens de l’immigration ont arrêté quatre algériens après 27 jours de leur départ d’Algérie à l’intérieur de bateaux qui ont quitté du port de Skikda, dans une aventure qui s’est achevée par leur demande de retour de l’intérieur d’une des prisons canadiennes.  

Dans une conférence de presse vendredi à l’intérieur de la prison où  ils se trouvent, deux jeunes ont raconté leur aventure qui a commencé le 27 février pour trois d’entre eux et depuis le premier mars pour le quatrième à partir des ports d’Alger et de Skikda et qui s’est terminée à Halifax, un des plus grands ports canadiens.

 Dans son dialogue sur son aventure l’un des jeunes a assuré être resté plusieurs jours dans le container, où il ne mangeait que des dattes et buvait de l’eau avant que le bateau n’arrive en Angleterre, ensuite il a du se cacher dans un bus connu de bus royal et qui devait être exporté vers le Canada, et où il avait dormi 20 heures pour se réveiller et découvrir qu’il était dans un bateau au large de la mer.

C’est à ce moment même qu’il a découvert la présence de trois autres algériens qui avaient quitté le pays de la même manière. L’aventure des quatre algériens a duré 12 jours à l’intérieur des bus à deux étages après leur départ de Liverpool et qui a finit à leur arrivé au port de Haflex à la cote est du Canada. A leur arrivée au port de Canada, sans que personne ne les découvre, et après qu’une femme les guide à la gare de trains, où ils ne pouvaient pas acheter les tickets en euro, mais prendre un taxi vers la ville de Torero à environ 100 Km de la ville où ils avaient atterri.

 C’est par la suite que la police les a arrêté lorsqu’ils avaient tenté de monter dans un train vers Montréal où se trouvent des milliers d’algériens. Actuellement, les quatre Harragas sont en détention dans la prison de « Dartmouth », à Halifax. Leur affaire a réveillé  une polémique dans les milieux politiques, puisque le sénateur Kolin Kini président de la commission nationale pour la sécurité et la défense estime que l’aventure de ces jeunes algériens témoigne de la possibilité de dépassement du système sécuritaire canadien.

De son coté, le ministre de la sécurité canadien accuse les services du port de  Halifax, demandant de renforcer l’arsenal sécuritaire au niveau du port aux frontières. Pour leur part, les quatre jeunes ont décidé d’entamer une grève de faim à partir de vendredi, afin que les services canadiens leur permettent de joindre leurs familles afin qu’ils les aident à avoir des documents et qu’ils les libèrent pour qu’ils demandent refuge.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!