-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Guerre d’Algérie: Macron demande pardon aux harkis

Echoroukonline
  • 345
  • 0
Guerre d’Algérie: Macron demande pardon aux harkis

Le président français, Emmanuel Macron, a franchi un nouveau cap, lundi, et a demandé pardon aux harkis, au nom de la France. Lors d’une réception a l’Elysée, il a annoncé un projet de loi de reconnaissance et de réparation a l’égard de ces anciens combattants aux côtés de l’armée française durant la guerre d’Algérie.

Emmanuel Macron a présidé, lundi 20 septembre, une réception consacrée aux harkis, ces anciens combattants aux côtés de l’armée française durant la guerre d’Algérie. Au cours d’un discours, il a annoncé une loi de “reconnaissance et de réparation” d’ici la fin de l’année.

“Le gouvernement portera avant la fin de l’année un projet visant a inscrire dans le marbre de nos lois la reconnaissance et la réparation a l’égard des harkis”, a déclaré le chef de l’Etat.

Le président français leur a demandé pardon. “Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance ; nous n’oublierons pas”, a-t-il déclaré. La France “a manqué à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes, leurs enfants”, a insisté Emmanuel Macron.

“La France leur a laché la main et leur a tourné le dos”

Le chef de l’Etat a rappelé que près de 200 000 d’entre eux avaient porté les couleurs de la France lors de la guerre d’Algérie et qu’ils avaient rendu “d’imminents services”. Mais leur accueil en France a la fin du conflit “ne fut pas digne” et la moitié d’entre eux furent “parqués dans des camps”. “Ce fut le terrible sort des harkis, exclus, assujettis, empêchés, français toujours, bannis de leur sol natal, bafoués sur leur sol d’accueil”, a résumé Emmanuel Macron. “Pour vous et vos familles, ce fut un abandon”, a-t-il ajouté. “La France leur a lâché la main et leur a tourné le dos”.

Alors que François Hollande avait reconnu, en septembre 2016, « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis », Emmanuel Macron « veut franchir un nouveau pas » dans la « reconnaissance » de cet « abandon », selon l’Elysée. « Un nouveau chapitre » qu’il entend « ouvrir », sous deux formes différentes.

D’abord, en octroyant un soutien financier plus conséquent a cette communauté. Après avoir annoncé, en 2018, le versement de 40 millions d’euros sur quatre ans, visant a revaloriser les pensions des anciens combattants et a venir en aide a leurs enfants qui vivent dans la précarité, le chef de l’Etat devrait annoncer le déblocage de nouveaux fonds en faveur des harkis et de leurs descendants. La « reconnaissance » inclut « la dimension pécuniaire », indique l’Elysée, refusant de communiquer le montant exact. Manière de laisser a M. Macron le soin de l’annoncer lui-même, lundi.

« Regarder l’histoire en face »

Mais pas question de ne s’en tenir qu’a une réponse financière. Le chef de l’Etat devrait également tenter de trouver les mots justes pour « sortir d’une ambiguïté mémorielle, perçue par les harkis comme un déni ». L’Elysée insiste sur le fait que M. Macron souhaite s’inscrire « dans un travail de réparation » – et non pas seulement d’indemnisation. Après le terme d’« abandon » employé par M. Hollande, il pourrait évoquer celui de « manquement » de l’Etat, selon son entourage.

D’après l’Elysée, « trois porteurs symboliques » de la mémoire des harkis seront principalement mis a l’honneur. Combattant lors de la guerre d’Algérie, Salah Abdelkrim sera élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur ; le général français François Meyer, qui avait désobéi a sa hiérarchie et organisé le rapatriement en France de 350 harkis, sera lui aussi décoré ; ainsi que Bornia Tarall, fille de harki, militante de l’égalité des chances et de la diversité.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!