-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Le Hijab affole les rues en Autriche et en Allemagne

Echoroukonline
  • 1157
  • 0
Le Hijab affole les rues en Autriche et en Allemagne

Des influenceurs proposent a des passantes d’enfiler un hijab, dans les rues des villes allemandes et autrichiennes. Ce type de vidéos cartonnent sur TikTok.

Alors que la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) se démène avec l’interdiction du voile sur les lieux de travail, dans les pays germanophones, des vidéos de mode islamique font un tabac sur les réseaux sociaux.

Le concept est simple: arrêter des passantes dans la rue pour leur faire essayer un voile islamique, relate le média autrichien eXXpress. Une fois habillées, les participantes peuvent contempler le résultat dans un miroir.

@hijabiofficial

Sie hat sich so sehr gefreut und wurde am ende sogar noch #emotional #happy #mode #style #foryou #fürdich

♬ Originalton – hijabiofficial

Certaines vidéos mettent aussi en scène l’essayage de l’abaya, tunique féminine en usage dans les pays du Moyen-Orient.

Intitulées «Hijab transformation», ces petites séquences vidéo raflent des centaines de milliers de vues sur TikTok. Lancée par un vendeur de hijabs de Francfort voulant promouvoir ses produits, l’idée n’a pas tardé a séduire les partisans de l’islam.

L’authenticité des séquences n’est cependant pas avérée et les interventions ont pu être mises en scène, précise le média. Ces initiatives n’en ont pas moins suscité l’indignation de certaines personnalités politiques.

@hijabiofficial

Besucht unseren Onlineshop für mehr modest Fashion. Look into our onlineshop for more modest fashion. #hijabi #abaya #kopftuch #fashion #islam

♬ Originalton – hijabiofficial

L’eurodéputée allemande Christine Anderson (AfD) a ainsi dénoncé une «pure folie» sur Twitter, accusant TikTok de relayer des vidéos visant a rendre le voile «attrayant».

En France, l’eurodéputée Julie Lechanteux (RN) a dressé un parallèle avec l’Afghanistan, où des femmes «luttent pour leurs libertés». L’élue a mis en garde contre une «talibanisation de l’Europe».

L’initiative avait rencontré l’hostilité de certains syndicats étudiants. Plusieurs politiques été également montés au créneau, comme Nicolas Dupont-Aignan ou Bruno Le Maire alors encore enseignant du côté de la rue Saint-Guillaume.

À l’époque, les organisateurs souhaitaient répondre aux propos de Manuels Valls, ministre de l’Intérieur, qui avaient évoqué l’interdiction du voile a l’université.

Une mesure qui s’est d’ailleurs de nouveau invitée dans les débats lors du vote de la loi «séparatisme». En janvier dernier, des députés LR avaient ainsi proposé d’interdire les tenues manifestant «ostensiblement une appartenance religieuse» dans l’enseignement supérieur. Leurs amendements avaient finalement été rejetés.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!