-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Moqtada Sadr menace de lancer «une guerre ouverte»

الشروق أونلاين
  • 1491
  • 0
Moqtada Sadr menace de lancer «une guerre ouverte»
Moqtada Sadr

Tandis que des accrochages meurtriers continuent à se produire à Sadr City, bastion des miliciens chiites de Moqtada Sadr, l'armée américaine est en train de construire un mur au sein de ce quartier très peuplé de Bagdad.Un ouvrage de béton de plusieurs mètres de haut censé prévenir les tirs de roquettes et d’obus vers le reste de la capitale irakienne, et en particulier la zone verte qui abrite le gouvernement irakien et l’ambassade américaine. L’imam chiite radical Moqtada Sadr condamne ce mur qui sépare le quartier du reste de la ville. Il a d’ailleurs menacé de lancer une « guerre ouverte » si les opérations des forces irakiennes et américaines contre son mouvement se poursuivaient.

Dans un communiqué publié samedi, le chef radical chiite Moqtada Sadr a menacé de lancer « une guerre ouverte » si les opérations des forces irakiennes et américaines contre son mouvement se poursuivaient. Il exige également un calendrier de retrait des troupes américaines dans les plus brefs délais.

L’imam radical avait déclaré un cessez-le-feu en août 2007. Cette décision avait été saluée par les Américains et le gouvernement irakien. Mais vers la fin du mois de mars, le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a lancé ses troupes contre ce qu’il a appelé des « éléments criminels » à Bassorah.

Les 60 000 combattants de l’Armée du Mahdi se sont sentis visés par cette annonce et sont lancés dans des affrontements contre les forces de l’ordre jusqu’au 30 mars où Moqtada Sadr leur a demandé de rentrer chez eux. Depuis, les affrontements se poursuivent de manière sporadique, mais assez intense pour avoir fait plus de 110 morts. Pour la seule journée de samedi les affrontements ont fait 15 morts.

Protéger la zone verte

Depuis quelques jours, des soldats irakiens et américains sont à l’œuvre ; ils élèvent un mur de plusieurs mètres de haut dans Sadr City, cette immense banlieue chiite pauvre de Bagdad où s’entassent quelque 2 millions d’habitants.

L’ouvrage séparera le secteur, au sud, que contrôlent les forces gouvernementales, du reste de ce quartier tentaculaire où les miliciens de l’Armée du Mahdi continuent à régner en maîtres.

Le but principal de l’équipe occupée à ériger cette frontière de béton est, semble-t-il, de reléguer les rebelles qui lancent roquettes et mortiers, à une distance telle qu’elle rende inopérants les tirs contre la fameuse zone verte où l’ambassade des Etats-Unis et le gouvernement irakien sont regroupés à l’abri d’autres murs encore.

70% des roquettes tirées contre le centre fortifié de Bagdad proviendraient en effet de Sadr City. Cette nouvelle construction, les partisans de Moqtada Sadr la voient d’un très mauvais œil parce que, disent-ils, elle va diviser une zone qui a toujours été unie, et compliquer la vie de ses habitants.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!