-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع
L’octroi d’agréments se poursuit

Aït Ali en dit plus sur la date d’arrivée des véhicules importés

Echoroukonline
  • 302
  • 0
Aït Ali en dit plus sur la date d’arrivée des véhicules importés
Archives

Le ministre de l’Industrie Ferhat Aït Ali s’est prononcé pour la première sur le sujet lié à la date de l’arrivée du premier contingent de véhicules importés en Algérie après l’attribution, il y a quelques jours, des autorisations à un certain nombre de concessionnaires.

Lors de son intervention à l’occasion d’une conférence organisée par l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG), le ministre de l’Industrie a affirmé que la date d’entrée des premiers véhicules importés ne sera pas arrêtée par ses services car la question ne relève guère de ses prérogatives.

«Seuls les concessionnaires de véhicules ayant obtenu leurs agréments peuvent en décider», a-t-il précisé.

Pour ce qui est des autorisations d’importation, Aït Ali a fait savoir qu’aucun prétendant présentant un dossier conforme au cahier des charges ne sera privé d’agrément.

Campagne malveillante

Le 21 janvier dernier, le ministre a dénoncé une «campagne malveillante visant le ministère de l’Industrie à travers de fausses accusations liées au dossier d’importation de voitures».

Répondant à des questions orales au Conseil de la nation, il a pointé du doigt certaines parties étrangères cherchant, selon lui, à exercer des pressions en vue d’imposer leurs conditions.

 A ce titre, il a dit avoir exigé des opérateurs des capitaux algériens tout en souhaitant la bienvenue à toute personne répondant aux conditions requises.

Toutefois, il n’a pas manqué d’accuser «ceux qui tentent de relancer des activités douteuses en matière de montage de véhicules».

Pour lui, «sur les deux (2) milliards de dollars destinés à l’importation de véhicules neufs,  le Trésor public en bénéficiera d’1 milliard sous forme de fiscalité».

Par ailleurs, il a soutenu que plusieurs obstacles entravent le recours à l’importation de véhicules de moins de trois, à savoir entre autre le système bancaire qui ne permet pas, à ses yeux, le transfert d’argent aux constructeurs par le biais du marché parallèle.

S’agissant des prix des véhicules, il a précisé qu’ils sont tributaires de la valeur de la monnaie nationale, soulignant que toutes les marques de véhicules sont les bienvenues en Algérie à condition de répondre aux conditions requises.

.Abderrezak. B. / Traduit par: Moussa. K

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!