-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Fidel Castro, le libérateur devenu dictateur

الشروق أونلاين
  • 8616
  • 0
Fidel Castro, le libérateur devenu dictateur
Fidel Castro

Après 48 années au pouvoir, le leader cubain, malade, quitte la scène politique. Retour, en images, sur l'itinéraire d'un libérateur devenu dictateur.

Le 13 août 1926, Fidel Castro voit le jour à Birán, près de Mayari, dans la province d’Holguín, au sud de Cuba. Fils d’un riche planteur originaire d’Espagne, il passe son enfance dans la ferme de sa famille aisée. Après des études chez les jésuites, il rentre à l’université de Droit de la Havane, d’où il sort diplômé en 1950. Après le coup d’État du général Fulgencio Batista le 10 mars 1952, le jeune Fidel entre en résistance. Contraint de s’exiler aux États-Unis, il revient sur son île le 2 décembre 1956, à bord du Granma , accompagné de plus de quatre-vingts exilés, bien décidés à renverser le régime proaméricain de Batista. Mais l’armée du président cubain les attend sur la plage et les représailles sont sanglantes. Il n’y a qu’une dizaine de survivants, dont Fidel Castro et Ernesto Che Guevara.
Réfugiés dans la Sierra Maestra, ils se lancent dans une guérilla contre l’armée de Batista. Les États-Unis, gênés par la brutalité du régime en place, les soutiennent désormais en leur fournissant armes et financement. Ils sont bientôt 800 autour de Fidel Castro. Le 8 janvier 1959, Castro et ses troupes prennent La Havane. Un mois plus tard, il devient Premier ministre et prévoit d’organiser des élections. Elles n’auront jamais lieu. Castro est arrivé au pouvoir en démocrate avec le soutien du peuple, qui espérait de lui un avenir meilleur. Ces idéaux vont vite s’envoler.Le leader cubain instaure en quelques années une dictature. En 1960, en pleine guerre froide, il s’allie avec l’ennemi américain : l’URSS. Des procès et des exécutions d’anciens agents des forces armées vont suivre ce rapprochement. Fidel Castro transpose le modèle soviétique : il nationalise massivement les secteurs de l’énergie et de l’industrie sucrière. Castro a choisi son camp, les relations diplomatiques de l’île avec les États-Unis sont rompues. 17 avril 1961. Trois jours après que Fidel Castro eut informé le monde du “caractère socialiste de sa révolution”, 1 400 exilés cubains, armés, financés et entraînés par la CIA sont largués sur la côte cubaine, dans la baie des Cochons. Leur but ? Renverser le régime castriste. Mais le revers est de taille pour les Américains, les troupes cubaines écrasent le soulèvement. John Kennedy, alors président des États-Unis, se dédouane de cette opération. Castro en sort grandi. Son image auprès de la population cubaine, pour qui il est encore un héros révolutionnaire, y gagne.
En décembre de cette même année, il annonce officiellement avoir adopté le communisme. L’histoire de Fidel Castro est intimement liée aux événements majeurs de la deuxième moitié du vingtième siècle. En témoigne l’épisode de la crise des missiles : Khrouchtchev, pour prévenir Cuba, ou l’Union soviétique même, d’une attaque américaine, veut placer des missiles sur le sol cubain, en direction des États-Unis. Mais l’installation est découverte par les Américains qui la rendent aussitôt publique. Ils placent l’île en quarantaine. Cuba est maintenu sous embargo par les États-Unis. Celui que la CIA a surnommé le “Lider Maximo”, en référence à son côté dictatorial, devient officiellement président de la République cubaine en 1976, par un vote de l’Assemblée nationale, elle-même désignée par le pouvoir. Il règne sans partage sur l’île. À Cuba, l’accès aux prisons est interdit au comité international de la Croix-Rouge et à la Commission internationale des droits de l’homme de l’Onu. Sous le règne de Fidel Castro, entre 15 000 à 17 000 opposants ont été fusillés et plus de 100 000 Cubains ont été enfermés à cause de leurs opinions. En juillet 2006, Fidel Castro est hospitalisé après une crise intestinale aiguë. Le 31 juillet, il délègue provisoirement ses pouvoirs à son frère cadet, Raúl Castro.
Éternel numéro deux, Raúl, 76 ans, a toujours partagé les combats de son frère. Il a pourtant montré des signes d’ouverture en formulant publiquement, en 2001, le souhait de voir se normaliser les relations avec les États-Unis. Depuis l’annonce de sa maladie, Fidel Castro n’est jamais réapparu en public et ses rares interventions s’effectuent par le biais de messages télévisés enregistrés. Le 17 décembre 2007, dans une lettre lue à la télévision cubaine, Fidel Castro fait allusion, pour la première fois, à un éventuel abandon de ses fonctions. Deux mois après, le 19 février 2008, le Lider Maximo annonce qu’il renonce à la présidence de Cuba, après quasiment un demi-siècle à la direction du pays, dans l’édition électronique de Granma , organe officiel du régime.  

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!