-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

L’Institut Pasteur décrit le pire scénario que l’épidémie pourrait prendre

Echoroukonline
  • 177
  • 0
L’Institut Pasteur décrit le pire scénario que l’épidémie pourrait prendre

En analysant différents scénarios de développement de l’épidémie, en y comptant le variant Delta, dans les mois a venir, les scientifiques de l’institut Pasteur ont conclu que le pire scénario aurait lieu si les mesures sanitaires étaient négligées, car dans ce cas même la vaccination ne pourrait pas endiguer l’épidémie.

Afin de comprendre à quoi il faut s’attendre dans les mois a venir en ce qui concerne la propagation du variant Delta et la mise en place de toutes les mesures sanitaires en France, les scientifiques de l’institut Pasteur ont fait des modélisations pour prévoir, dans une nouvelle étude, l’évolution de l’épidémie dans les mois a venir. Les chercheurs préviennent toutefois que ces pronostics sont des hypothèses et qu’il peut y avoir d’importants changements si de nouveaux facteurs non pris en compte arrivent.

Les personnes non vaccinées contribuent de manière disproportionnée a la transmission du virus, estiment les auteurs de l’étude, de sorte que les mesures ciblant ces personnes peuvent contribuer a maximiser la lutte contre l’épidémie tout en minimisant les coûts pour la société par rapport aux approches non ciblées.

«Avec le variant Delta, les personnes vaccinées sont bien protégées contre l’hospitalisation, mais restent a risque d’infection et devraient donc appliquer des mesures sanitaires pour se protéger», d’après l’étude.

Les scientifiques précisent en outre que l’augmentation des vaccinations n’a pas un fort impact, car le variant Delta est plus contagieux et résistant aux vaccins.

Un scénario sans mesures sanitaires

Les scientifiques restent prudents et alertent sur la possibilité toujours présente d’une cinquième vague. Cela est notamment le scénario décrit si rien n’est fait en matière sanitaire.

«Nous présentons d’abord les résultats en supposant que les mesures sanitaires sont complètement assouplies a l’automne 2021, pour notre scénario de base. Dans ce cas, notre simulation anticipe une vague caractérisée par un pic de 5.200 hospitalisations par jour, plus important que les pics observés en France lors des deux vagues pandémiques de 2020», indique la recherche.

Tout cela aurait lieu malgré la vaccination, estiment les scientifiques.

«Dans le contexte où la plupart des adultes sont vaccinés, mais que la vaccination reste limitée parmi les enfants (0-17 ans), nous attendons que 33% d’infections se produisent dans cette tranche d’âge, même s’ils représentent seulement 22% de la population et sont supposés être moins susceptibles a l’infection au SARS-CoV-2 que les adultes», détaillent les chercheurs.

Dans le scénario où les mesures sanitaires ont été assouplies, une charge importante est attendue sur le système de santé, résument les chercheurs. Ils expliquent que, dans ce scénario, les adultes non vaccinés agés de plus de 60 ans représentent 3% de la population, mais 43% des hospitalisations. Les enfants âgés de 0 a 17 ans représentent un tiers des infections et sont responsables de près de la moitié des transmissions.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!