-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Ministre de l’Industrie pharmaceutique : «Sortie du premier lot de validation du vaccin anti-Covid algérien en cette date»

Echoroukonline
  • 1403
  • 0
Ministre de l’Industrie pharmaceutique : «Sortie du premier lot de validation du vaccin anti-Covid algérien en cette date»

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Dr Lotfi Benbahmed,  a révélé, lors d’un entretien accordé a « Patrie News », la date de sortie du premier lot de validation du vaccin anti-Covid algérien.

Le premier responsable du secteur pharmaceutique a dévoilé que le processus de production est déja entamé. La matière première a été réceptionnée le 27 aout. Les analyses biologiques et bactériologiques, qui durent quelques semaines, sont en cours. Les premiers lots de validation, sortiront de l’usine, le 29 septembre prochain.

«L’Algérie a été identifiée, en matière de productivité de vaccin , comme un pays qui dispose d’une plateforme de huit laboratoires et une douzaine de lignes de production en fill and finish des produits injectables. Le projet est confié a un groupe pharmaceutique public, Saïdal  en l’occurrence, car la production de vaccins relève de la sécurité sanitaire. Saïdal  a signé un mémorandum d’entente puis un contrat de partenariat avec la société chinoise Sinovac, dont les techniciens ont validé le site de Constantine »,a-t-il affirmé.

L’usine produira, ajoute l’intervenant, 1,3 millions de doses en octobre, 2 millions d’unités en novembre, 3 millions en décembre et 5,3 millions de vaccins par mois a partir de janvier 2022. Les projections visent un programme de production de plus de 65 millions de doses par an.

 La capacité de fabrication de Saïdal  se situe autour de 320000 doses par jour avec un shift de 8 heures.

« Ce qui nous amène a une possibilité d’avoir 8 millions de vaccins par mois. Le volume sera doublé si l’on fait tourner deux brigades. Saïdal adaptera sa productivité en fonction de la demande exprimée par l’autorité sanitaire et l’Institut Pasteur d’Algérie »,ajoute t-il.

Répondant a une question sur les critères qui ont prévalu dans le choix porté sur la société chinoise Sinovac, plutôt que sur les autres fournisseurs de vaccins anti-Covid (Spoutnik V, AstraZeneca, Sinopharm), le ministre affirme que  Sinovac représente 85 a 90 % de vaccins importés. C’est la principale raison qui nous a incités a produire ce vaccin précisément.

L’Algérie a signé un contrat d’importation de 32 millions de vaccins finis avec Sinovac, alors que pour les autres fournisseurs, les volumes sont inférieurs a un millions de doses.Par ailleurs, Sinovac est un vaccin homologué par l’OMS et d’une technologie éprouvée, basée sur le virus inactivé, exactement comme le vaccin antigrippal, selon la même source.

S’agissant de la baisse de la facture d’importation des médicaments, le ministre fait état d’arrêt de beaucoup de projets de l’industrie pharmaceutique, depuis 2017, a cause d’une économie extravertie pour laquelle la production nationale n’était qu’un slogan politique. Les lobbies de l’importation restaient très puissants.

« Nous  sommes conscients que dans les moments difficile –l’épidémie au Covid19 nous a confortés- nous ne pouvons compter que sur  nous-mêmes. La souveraineté sanitaire est fondamentale. Aujourd’hui, des pays vivent des pénuries récurrentes d’approvisionnement en médicament, souvent pas très chers.Nous avons œuvre a juguler la surfacturation sur la matière première destinée a la production nationale et sur l’importation. Nous avons limité les programmes d’importation aux produits essentiels, en y interdisant les médicaments fabriqués localement et ceux qui périmaient inutilement en Algérie.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!