Français Actualité
Lectures (735)  Commentaires (0)

L’Algérie a opté "résolument" pour les NTIC dans son système de formation et de recherche

APS/Madjid D.
 

L’Algérie a opté "résolument" pour les nouvelles technologies d’information et de communication dans son système de formation, de recherche et de communications, comblant progressivement la fracture numérique qui la sépare des pays développés, a indiqué samedi le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Dans un message à l’occasion de la journée du savoir (Youm El îlm) célébrée le 16 avrile de chaque année, le président Bouteflika a souligné que le défi à venir était de réduire d’urgence les fractures de la connaissance. "Participer à l’élaboration du contenu de ce qui circule et rester vigilants sur la fiabilité des informations est une mission que nous confions à nos jeunes virtuoses des nouvelles technologies soucieux des intérêts de leur pays et engagés dans la bataille de la connaissance", a souligné le président Bouteflika. Il a relevé que l’évolution des sciences et des technologies était "de plus en plus rapide" et la force des nations résidait dans leur capacité à produire des connaissances et à les transformer en innovations et en richesses. "Dans cette nouvelle configuration, nous sommes face à des centres producteurs de savoir et d’innovation et des cercles périphériques plus ou moins proches de ces centres", a poursuivi le chef de l’Etat qui a estimé que l’enjeu "est de s’y intégrer au mieux de nos capacités, de nos besoins et des intérêts de notre pays".

Dans ce contexte, le président Bouteflika a rappelé que l’Algérie avait engagé au cours des deux derniers programmes quinquennaux, des travaux "gigantesques" à la pointe des dernières technologies dans le domaine de l’hydraulique, avec notamment le transfert d’eau, et dans le domaine des travaux publics, avec les ouvrages d’art de l’autoroute est-ouest. "Ces programmes structurants pour le développement économique et social que nous avons engagés constituent pour nos jeunes ingénieurs et techniciens le meilleur moyen d’apprendre et de développer des technologies encore plus innovantes", a indiqué le président Bouteflika pour qui le "véritable" progrès était d’allier le développement économique et social avec le développement scientifique et technologique. Il a aussi fait remarquer que l’effort des dix dernières années avait porté plus particulièrement sur l’activité de recherche, consacrée par la loi parmi les priorités nationales pour accompagner le développement économique et social du pays. "Et c’est en développant une base scientifique nationale que notre pays pourra absorber les progrès scientifique, les adapter à ses propres besoins et contribuer aux efforts de recherche développés dans le monde", a-t-il estimé.


S'abonner au flux RSS des commentaires Commentaires (0)


Postez votre commentaire

  • Gras
  • Italique
  • Souligner

Caractères restants 500

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha