Français Actualité
Lectures (2391)  Commentaires (0)

Cheikh Sahnoun a consacré sa vie au djihad, au savoir et à l’Islam (Ghlamallah)

APS/H.Rachel.
 

Le ministre des Affaires religieuses et du wakf, Bouabdallah Ghlamallah, a affirmé mardi que le défunt Imam Ahmed Sahnoun a consacré sa vie "au djihad, au savoir et à l’Islam".

Le défunt érudit "rêvait de créer cette école et voulait finir sa vie dans l’enseignement du Saint Coran", a souligné M. Ghlamallah, en marge de la cérémonie d’inauguration de Dar Al Koraân Cheikh Ahmed-Sahnoun à Bir Mourad Raïs (Alger).

Bien qu’il se soit éteint avant de voir son rêve se réaliser, le défunt "a transmis son idée aux jeunes, parmi ses disciples, qui l’ont concrétisée à travers l’édification de cette école (Dar el Koraan)", a-t-il ajouté.

"Ces jeunes et bienfaiteurs ont contribué, à travers la collecte des fonds, à concrétiser le concept de continuité des générations tant prônée par le défunt Ahmed Sahnoun et ses prédécesseurs qui voulaient faire de l’Algérie " la citadelle de l’islam et de la culture arabe" ", a affirmé le ministre lors d’une Journée d’études sur la vie du défunt Imam Ahmed Sahnoun, organisée à l’occasion de Yaoum el Ilm.

Pour sa part, le directeur des Affaires religieuses et du wakf, Moussa Abdellaoui a affirmé que cette nouvelle école "vient renforcer les écoles d’enseignement du coran d’Alger portant ainsi leur nombre à 15".

Le nombre d’inscrits à cette école s’élève "à près de 1600 personnes dans l’enseignement du Coran, ainsi que dans les différentes activités éducatives et scientifiques", a affirmé pour sa part, le directeur de l’école du Coran, Mourad Khechan, notant que l’école compte 30 classes.

Cheikh Tahar Ait Aldjet, compagnon de Cheikh Sahnoun, a été honoré à cette occasion.

Pour sa part, Cheikh Mohamed Chérif Kaher, également compagnon du défunt, a estimé dans une intervention que Cheikh Sahnoun était "un homme sincère, fidèle et dévoué à sa patrie", appelant les jeunes à "connaître les grands hommes de l’Algérie et son histoire honorable".

Le président du Conseil scientifique de la wilaya d’Alger, Dr Amar Talbi, a indiqué dans une communication sous le thème "Cheikh Ahmed Sahnoun et son rôle dans le mouvement scientifique en Algérie", que le défunt était un "autodidacte et n’attendait aucune récompense de sa prédication en faveur de l’Islam". Il a en outre évoqué les positions du défunt lors de la décennie noire. Il a notamment mis l’accent sur "sa résistance face aux dérapages ainsi que son engagement à la sensibilisation des jeunes aux valeurs de l’Islam".

Cheikh Ahmed Sahnoun est né en 1907 dans la commune de Lichana (Biskra) où il a appris le Coran et la langue arabe avant de rejoindre l’Association des Uléma musulmans algériens vers la fin des années 1940. Cheikh Sahnoun qui a participé à la révolution algérienne, a été nommé imam dans plusieurs mosquées d’Alger après l’indépendance dont la dernière a été celle D’Oussama bnou Zeid à Bir Mourad Rais. En 1989, Il créa la Ligue de la Daawa islamique pour orienter le mouvement de prédication en Algérie.

Cheikh Ahmed Sahnoun est décédé le 8 décembre 2003.


S'abonner au flux RSS des commentaires Commentaires (0)


Postez votre commentaire

  • Gras
  • Italique
  • Souligner

Caractères restants 500

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha