65 terroristes se rendent à l’Armée

date 2016/11/28 views 976 comments 0
author-picture

icon-writer Nouara Bachouche / version française: Moussa. K

Quatre (04) terroristes se sont rendus dimanche 27 novembre 2016 aux autorités sécuritaires d’In Amenas.

«Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce aux efforts fournis par les Forces de l’ANP et ses services de sécurité, quatre (04) terroristes se sont rendus, ce dimanche 27 novembre 2016, aux autorités sécuritaires dans la localité frontalière de Tarat relevant du secteur opérationnel d’In Amenas / 4° RM», a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Les terroristes étaient, selon le communiqué « en possession de quatre (4) pistolets mitrailleurs de type kalachnikov et huit (8) chargeurs garnis ».

« Il s’agit des terroristes recherchés dénommés: B. Djelloul, B. Abdelmalek, B. Miloud et B. Cherif », a fait savoir la même source.

« D’autre part, des détachements de l’Armée Nationale Populaire ont saisi, le 26 novembre 2016, deux (02) pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov, trois (03) chargeurs et une quantité de munitions, suite à des opérations de fouille et de ratissage à In Guezzam/ 6° RM. Ces résultats interviennent suite aux opérations menées par les détachements de l’ANP, en étroite coordination avec les différents services de sécurité et l’exploitation efficiente de renseignements et d’informations», ajoute le MDN dans son communiqué.

Par ailleurs, des sources sécuritaires ont affiché à Echorouk que 2016 était l’année où les terroristes s’étaient rendus en grand nombre aux autorités sécuritaires comparativement à ces quatre dernières années.

Le ministère de la Défense a affirmé que 65 terroristes, dont des femmes se sont rendus de leur gré entre janvier et octobre 2016 aux autorités sécuritaires du pays (armée, gendarmerie et police nationales) et placés sous contrôle judiciaire.

D’après nos sources, ces terroristes activaient dans les wilayas de Aïn Defla, Illizi, Jijel, Tamanrasset, Adrar, Constantine, Tizi Ouzou, Médéa, Bouira, Skikda, Boumerdès, Khenchla, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Sidi Bel Abbès, El Oued, Mila et Bordj Badji Mokhtar.

Il y en a parmi ces terroristes ceux qui ont rejoint les groupes armés depuis 1993 et activé dans des gangs criminels connus du Centre, Sud, Est et l’Ouest du pays.

Selon nos sources, cette reddition s’explique par les grandes pertes, et l’impuissance avérée des groupes terroristes face aux coups et à la mobilisation des éléments de l’armée et des différents services de sécurité dans les différentes localités du pays, particulièrement les wilayas frontalières.

D’après des chiffres communiqués par le MDN en collaboration avec la gendarmerie et la police nationales, pas moins de 350 personnes étaient appréhendées et poursuivies pour soutien aux groupes terroristes et 100 terroristes abattus depuis le début de l’année en cours.

  • print