الأربعاء 24 جويلية. 2019 م, الموافق لـ 22 ذو القعدة 1440 هـ آخر تحديث 09:19
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Ali Djeddi, ancien dirigeant du Front Islamique de Salut (FIS-dissout) a appelé, lundi, le mouvement populaire à ne pas céder aux plans concoctés par la France, mettant en garde contre les appels visant l’unité de l’Armée qui est, à ses yeux, la seule institution du pays.
Intervenant en marge des obsèques du feu Abassi Madani, décédé mercredi 24 avril 2019 à Doha à l’âge de 88 ans, Djeddi a dit : “Mon conseil au mouvement populaire, c’est de ne pas écouter la France”, faisant ainsi allusion aux agissements de cette dernière parallèlement aux changements opérés actuellement en Algérie.
“A ceux qui s’attaquent et veulent discréditer l’Armée et ceux qui s’attaquent au chef d’état-major, je leur dis que ce dernier est actuellement le chef des forces armées et que l’Etat est là et il doit continuer à exister”, a-t-il indiqué.
“Ceux qui visent l’Armée en s’attaquant à son chef, veulent-ils le remplacer ? Veulent-ils qu’on aille vers un vide dans d’autres institutions? Qui dirigera-le pays ainsi ? Où est la colonne vertébrale de l’Etat ?”, s’interroge-t-il.
“S’ils veulent demander des comptes, qu’ils attendent que l’Etat de droit soit instauré pour donner des preuves loin de toute propagande”, a-t-il expliqué, ajoutant que “l’ANP est la seule institution qui fait un grand travail en matière de la sécurisation du pays et le seul garant pour accompagner inéluctablement le hirak”.
“Ce qui importe, c’est que la position de l’Armée soit unanime et qu’elle soit aux côtés du peuple pour l’accompagner jusqu’à la satisfaction de l’objectif de la Déclaration du 1er Novembre 1954, à savoir l’instauration d’un Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques”, a-t-il affirmé.

Abderrazak Boulekemh / Traduit par: Moussa. K.

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close