-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

“Crypto Queen”, la femme la plus recherchée par le FBI

Echoroukonline
  • 389
  • 0
“Crypto Queen”, la femme la plus recherchée par le FBI

Ruja Ignatova est devenue, jeudi, la première fugitive de l’univers des cryptomonnaies a apparaître sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI. Son projet de cryptomonnaie – baptisé OneCoin – s’est révélé être l’une des plus importantes arnaques financières depuis Bernard Madoff.

Elle a disparu il y a cinq ans. Le FBI a décidé, jeudi 30 juin, de faire de Ruja Ignatova l’une de ses cibles prioritaires. Soupçonnée d’avoir organisé la plus importante escroquerie de l’histoire des cryptomonnaies et l’une des plus coûteuses de tous les temps pour les victimes, cette Bulgare de 42 ans qui se faisait appeler la “reine des crypto” a été placée sur la fameuse liste des dix criminels les plus recherchés par les Etats-Unis.

Le FBI offre jusqu’a 100 000 dollars a qui permettra de localiser cette femme. Un mois plus tôt, Europol avait fait de même, promettant 5 000 euros pour toute information menant a son arrestation.

La Papesse de la cryptomonnaie OneCoin

“C’est l’une des plus grandes criminelles encore en liberté”, a assuré au site Vice Jamie Bartlett, journaliste britannique qui a consacré plusieurs années a essayer de traquer Ruja Ignatova et a même animé un podcast pendant un an pour la BBC entièrement dévolu a la “reine des crypto”. Il est même étonné qu’il ait fallu si longtemps pour la placer sur les listes de fugitifs les plus recherchés au monde.

Pour lui, elle n’a pas grand-chose a envier a Bernard Madoff, le célèbre financier-arnaqueur américain qui a fait perdre plus de 60 milliards de dollars aux victimes de son escroquerie a la fin des années 2000. L’arnaque de Ruja Ignatova a coûté au moins 4 milliards de dollars a des millions de victimes dans près de 70 pays.

Si son histoire n’est pas plus connue du grand public, c’est essentiellement parce qu’elle a sévi dans le monde des cryptomonnaies a une époque où le bitcoin et autres devises dématérialisées n’étaient pas encore autant sous le feu des projecteurs médiatiques. Pourtant, sa folle épopée criminelle, qui a débuté en 2014, met en scène des personnages tous plus douteux les uns que les autres, jusque dans les rangs de groupes mafieux d’Europe de l’Est.

Ruja Ignatova est la créatrice de OneCoin, l’une des innombrables cryptomonnaies qui ont cherché a faire de l’ombre au bitcoin ces dix dernières années. Mais contrairement a 99 % des autres concurrents de la cryptomonnaie de référence, OneCoin avait réussi a susciter l’intérêt d’un vaste public, bien au-dela du cercle traditionnel des initiés. Il existe une vaste littérature d’articles de presse consacrés aux portraits de victimes allant des faubourgs de Glasgow a des zones rurales en Ouganda ou encore a la frontière franco-belge.

A l’apogée de sa gloire, en 2016, Ruja Ignatova pouvait remplir des salles prestigieuses comme le Wembley Arena a Londres pour vanter les soi-disant vertus de son OneCoin qui était censé “remplacer le bitcoin en moins de deux ans”.

Ce ne sont pas tant les “qualités” de sa cryptomonnaie que la personnalité de Ruja Ignatova qui ont convaincu tant de personnes de la suivre – officiellement OneCoin comptait 3 millions d’investisseurs en 2016. Elle apparaissait comme rassurante, sûre d’elle, et savait mettre en avant son diplôme de droit et le travail qu’elle affirmait avoir fait pour la prestigieuse société de conseil McKinsey, raconte le Wall Street Journal.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!