-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع
Candidate aux élections départementales

Le parti de Macron retire son soutien a Sara Zemmahi a cause de son voile

Echoroukonline
  • 478
  • 0
Le parti de Macron retire son soutien a Sara Zemmahi a cause de son voile
D.R

Sara Zemmahi, jeune femme musulmane de 26 ans s’est vue retirer son investiture au sein du parti du président français Emmanuel Macron. Le seul et unique tort de cette candidate est de porter le voile sur l’affiche de campagne.

Candidate suppléante aux élections départementales dans l’Hérault, Sara Zemmahi s’est vue retirer son investiture LaREM a cause du voile qu’elle portait sur l’affiche de campagne. L’occasion d’en savoir plus sur cette jeune femme, diplômée en ingénierie de la santé.

Elle s’est attirée les foudres d’une partie de la droite. Souriante aux côtés de candidats LaREM aux élections départementales, Sara Zemmahi devait se présenter en tant que suppléante dans un canton de Montpellier (Hérault). C’était sans compter sur l’avis du chef du parti présidentiel. Ce mardi 11 mai en fin de journée, Stanislas Guerini a décidé de lui retirer son investiture. La raison? Que la jeune femme s’affiche vêtue d’un voile blanc.

Si, dans le droit, rien n’empêche de porter ce vêtement sur une affiche, ce “signe religieux ostentatoire” n’est pas du goût du délégué général de LaREM. Ni d’une partie de la droite qui s’en est prise, elle aussi, a la candidate. Décrite comme une prédicatrice de l’islam par ses détracteurs, comme une “jeune femme de son temps impliquée dans la vie associative” par ses soutiens, qui est Sara Zemmahi?

Une ingénieure impliquée dans la vie associative

Sur le réseau social professionnel LinkedIn, on apprend que la jeune femme est diplômée en ingénierie de la santé a la faculté de pharmacie de Montpellier. A 26 ans, elle est actuellement ingénieure qualité en mission pour l’entreprise Cenexi, en Île-de-France. Dans les pages de Midi Libre, Mahfoud Benali, candidat LaREM pour le canton 1 a Montpellier, explique qu’elle est actuellement “en déplacement” car “en mission sur les vaccins contre le Covid-19”. Auprès du quotidien régional, il décrit une jeune femme “forte”. “Elle s’en relèvera. Et ne retirera pas son voile”, assure-t-il.

Le candidat souligne également son investissement dans la vie associative. “Elle est bénévole et fait du soutien scolaire.” On découvre effectivement sur LinkedIn qu’elle est la fondatrice et vice-présidente de l’association Tabassam. Un collectif créé en 2015, dont le nom signifie littéralement “souris” en arabe, et qui a pour mission de “lutter pour le développement des jeunes de quartiers défavorisés” et “venir en aide aux personnes dans le besoin”. Sur la page de la jeune femme, on trouve de nombreux intérêts pour le milieu associatif.

Mais pour l’extrême droite et une partie de la droite, l’association n’est qu’un prétexte. Ils accusent Tabassam de diffuser la pensée des Frères musulmans. Le député LR Eric Ciotti s’est ainsi offusqué contre cette “candidate voilée (…) vice-présidente de l’association freriste Tabassam proche de Tariq Ramadan”. Jordan Bardella, porte-parole du RN et tête de liste en Île-de-France, a quant a lui évoqué une “militante islamiste”. Des accusations qui trouvent leur origine dans certaines publications Facebook de l’association. Parmi elles, on retrouve effectivement le partage d’une publication de Tariq Ramadan qui remonte a octobre 2016. L’association remerciait l’islamologue suisse d’avoir mis en avant la page de Tabassam comme étant “l’initiative positive du jour”.

Des critiques qui ont “consterné” la candidate Hélène Qvistgaard, dont Sara Zemmahi devait être la suppléante. Pour elle, aucun doute possible: la jeune femme “investie dans la vie associative locale (…) représente la République”.

Les nombreuses publications sur les réseaux sociaux montrent en effet une association – certes confessionnelle – mais de solidarité et de mixité, ouverte a tous. Le candidat Mahfoud Benali dresse lui aussi un portrait avantageux de ce collectif, qui organise des sessions de soutien et des débats sur le harcèlement, et est hébergé a la Caf de Montpellier. La même où, il le rappelle, Emmanuel Macron s’était rendu lors de son dernier déplacement a Montpellier. Et avait débattu avec une femme voilée du quartier.

“On peut porter le voile et être engagée sur des idées progressistes”

La députée LREM, présidente déléguée du groupe a l’Assemblée nationale française, Coralie Dubost a pris la défense de Sara Zemmahi. Elle  estime que “la présence d’une candidate voilée sur une affiche électorale n’est pas problématique”.

“Les élections, les candidats qui s’y présentent, sont le reflet de la société : des femmes peuvent a la fois porter le voile et être engagées sur des idées progressistes”, a ajouté Coralie Dubost.

Le peintre en bâtiment Karim El Amraoui a souhaité, lui, bonne chance a Sara Zemmahi.

“Le voile ne vous empêche pas d’être Française”, a-t-il martelé.

                                                                                                                                        Source: Agences

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!