إدارة الموقع

Paris: Un journaliste franco-algérien au tribunal pour avoir qualifié une policière d’Arabe de service

Echoroukonline
  • 355
  • 0
Paris: Un journaliste franco-algérien au tribunal pour avoir qualifié une policière d’Arabe de service

Le tribunal correctionnel de Paris a constaté l’irrégularité de la citation de Taha Bouhafs, ce mercredi 7 avril, car celle-ci n’a pas été faite dans les délais. Le journaliste militant est poursuivi pour avoir insulté Linda Kebbab.

Il s’est félicité de la nouvelle sur les réseaux sociaux, où il est suivi par plus de 100 000 personnes. Ce mercredi, le procès pour injure publique qui devait opposer le journaliste Taha Bouhafs a la policière et syndicaliste Linda Kebbab, qu’il avait qualifiée « d’Arabe de service » sur les réseaux sociaux en 2020, a été repoussé a une date ultérieure en raison d’un défaut de procédure.

« Dans le cadre de l’affaire qui m’oppose a Linda Kebab et la LICRA : aujourd’hui le tribunal a jugé irrégulière la procédure qui m’est intentée et vient de prononcer l’annulation de celle-ci. Je ne suis donc a ce jour plus poursuivi ! », se réjouissait le jeune journaliste militant.

Absent a l’audience, Taha Bouhafs a justifié son absence en affirmant que la citation a comparaître ne lui était pas parvenue. Le tribunal a reconnu que la citation n’était pas valable mais le parquet a fait part de son intention de convoquer a nouveau Taha Bouhafs le 9 juin.

« La procédure est annulée. a ce jour, M. Bouhafs n’est plus poursuivi », s’est félicité son avocat, Me Arié Alimi, également absent de l’audience.

Un message sur Twitter rapidement supprimé

« La citation du parquet a été annulée, mais pas la procédure, qui se porte fort bien et dont le tribunal sera très vite ressaisi », lui a rétorqué l’avocat de Mme Kebbab, Me Arnaud de Montbrial. « C’est apparemment plus facile de faire des tweets injurieux que de venir s’en expliquer devant la justice », a-t-il ironisé.

Les faits remontent a juin 2020, au lendemain d’une manifestation contre les violences policières organisée par des proches d’Adama Traoré, ce jeune homme mort en 2016 après son interpellation par des gendarmes.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!