الخميس 21 فيفري 2019 م, الموافق لـ 16 جمادى الآخرة 1440 هـ آخر تحديث 17:49
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Le président du Haut Conseil Islamique (HCI) Bouabdellah Ghlamallah

La polémique risque d’enfler. La question épineuse concernant le caractère de transcription de tamazight sera de nouveau soulevée.

Le président du Haut Conseil Islamique (HCI) Bouabdellah Ghlamallah vient de réveiller une sensibilité politique et idéologique en déconseillant la transcription du Tamazight en latin car celui-ci est la langue du dominant.

En marge de sa participation à une rencontre nationale autour du manuscrit et des liens inter générationnels en Kabylie, à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, l’ancien ministre des Affaires Religieuses et des wakfs s’est proclamé contre tous ceux qui préconisent la transcription en lettres latine de la langue Amazighe.

«Ceux qui appellent à écrire le Tamazight en caractère latins sont des tyrans, et nous ne nous soumettrons pas aux oppresseurs »,a-t-il martelé.

M.Ghlamma affirme cependant qu’il s’agit bel est bien de la langue du colonisateur: « L’Algérien ne s’est jamais soumis aux tyrans, ni à la tyrannie des dominants ».

Rania.M/ version française: Rachel Hamdi

https://goo.gl/dM3m5t
Latin Tamazight Transcription

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close