الأربعاء 12 ديسمبر 2018 م, الموافق لـ 04 ربيع الآخر 1440 هـ آخر تحديث 12:08
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
ح.م

الراحل جمال علام

Le chanteur d’expression kabyle, Djamel Allam a tiré sa révérence samedi après-midi dans un hôpital parisien des suites d’une longue maladie.

 Le défunt a suivi ses premiers cours de musique au Conservatoire de Béjaïa au lendemain de l’indépendance, avant d’entamer sa carrière en Algérie et à l’étranger.

En 1967, alors qu’il était machiniste au théâtre du Gymnase à Paris, l’artiste a rencontré  de grands noms de la chanson française à l’image de Brassens, Georges Moustaki, Léo Ferré et Bernard Lavilliers.

En 1973, il sort son premier album “mara-d youghal” (Quand il reviendra), un de ses célèbres tubes qui sera largement plébiscité  par les médias et le public.

Suivront d’autres albums dont “les rêves du vent” en 1978, “Si Slimane” en 1981 et quatre plus tard “Salimo”.

En 2001, avec la complicité du compositeur Safi Boutella, il sort “Gouraya”, autre album  qui a rencontré un franc succès en Algérie et en France, notamment.

Il s’est produit sur de nombreuses scènes en Europe et en Amérique, et reste, pour les mélomanes, celui qui a donné avec d’autres artistes, une large audience à la chanson kabyle moderne à l’étranger.

Pour célébrer les 40 ans de carrière de Djamal Allam, l’Office national des droits d’auteur et droits voisins (Onda), avait organisé en novembre dernier à Béjaïa, sa ville natale, un gala en hommage au chanteur, malade, mais qui était présent malgré de “sérieux” problèmes de santé.

De grands noms de la chanson kabyle comme Boudjemâa Agraw et Brahim Tayeb ont déroulé une partie de son riche répertoire, décliné à l’occasion en présence de l’artiste, icône de la culture algérienne.

Dans le cinéma, le natif de Béjaïa a réalisé “Banc public”, un court métrage sorti en 2012 et couronné de plusieurs distinctions en Algérie.

Je viens de recevoir une triste nouvelle (…) le grand artiste algérien, l’un des maîtres de la chanson kabyle Djamel Allam est décédé après une longue maladie dans un hôpital parisien , a écrit le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi sur son compte Twitter.

Il convient de rappeler que Rachid Taha était décédé dans un hôpital à Paris dans la nuit de mardi à mercredi.

Echoroukonline / APS

https://goo.gl/4WwLwH
Béjaïa Djamel Allam Paris

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close