-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Khalida Toumi condamnée a 4 ans de prison ferme

Echoroukonline
  • 1594
  • 0
Khalida Toumi condamnée a 4 ans de prison ferme
D.R

La première chambre pénale près la Cour d’Alger a condamné ,mercredi 6 juillet 2022, l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi a quatre (4) ans de prison ferme.

Khalida Toumi est poursuivie pour “dilapidation volontaire des deniers publics”, “abus de pouvoir” et “octroi volontaire d’indus privilèges dans la passation de marchés publics”, dans le cadre des manifestations «Alger, capitale de la culture arabe en 2007», «le Festival panafricain en 2009» et «Tlemcen capitale de la culture islamique en 2011».

Khalida Toumi condamnée a six ans de prison ferme

Le pôle pénal spécialisé dans la lutte contre le crime financier et économique près le tribunal de Sidi M’hamed a condamné ,ce jeudi 7 avril 2022, l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi a six (6) ans de prison ferme et a 200 000 dinars d’amende.

Benblidia Abdelhamid, ancien inspecteur général du ministère de la Culture a écopé, lui, d’une peine de 4 ans de prison ferme assortie de 200 000 dinars (20 millions de centimes) d’amende alors que Miloud Hakim, ancien directeur de la culture de Tlemcen a été condamné a 2 ans de prison ferme et a 200 000 dinars d’amende.

10 ans de prison ferme requis contre Khalida Toumi

Le procureur de la République près le pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed a requis lundi une peine de dix (10) ans de prison ferme assortie d’1  million de dinars d’amende a l’encontre de l’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, poursuivie pour des chefs d’accusation liés a la corruption.

Khalida Toumi est poursuivie avec d’anciens responsables du secteur de la Culture pour “abus de fonction, dilapidation de deniers publics et octroi d’indus avantages a autrui”.

Le procès de Khalida Toumi renvoyé au 24 mars

Le procès de l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi, poursuivie pour des chefs d’accusation liés a la corruption, a été reporté ce jeudi par le pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed au 24 mars prochain.

Le report de ce procès intervient afin de parachever l’audition des plaidoiries dans l’affaire de l’ancien wali de Mostaganem, Abdelwahid Temmar, conduite par le même juge.

Lors de la même audience, la demande introduite par le collectif de défense pour la mise en liberté de l’ancienne ministre a été rejetée.

Placée en détention provisoire depuis novembre 2019 au niveau de l’établissement pénitentiaire de Koléa, Khalida Toumi est poursuivie pour “abus de fonction, dilapidation de deniers publics et octroi d’indus avantages”.

Plusieurs responsables du secteur de la Culture sont également poursuivis dans cette affaire, notamment ceux qui étaient en charge de la gestion des événements culturels durant la période où Khalida Toumi était a la tête du secteur, dont “Tlemcen, capitale de la culture islamique” en 2011.

La demande de libération de Khalida Toumi rejetée

La demande de libération de l’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, introduite par sa défense, a été rejetée ce jeudi par le pôle pénal économique et financier du Tribunal de Sidi M’hamed.

La même juridiction a décidé le report du procès de l’ancienne ministre au 17 mars prochain.

Détenue a la prison de Koléa depuis novembre 2019, Khalida Toumi est poursuivie pour “abus de fonction”, “dilapidation de deniers publics” et “octroi d’indus avantages a autrui”.

L’ancienne ministre Khalida Toumi placée en détention provisoire

L’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, a comparu, lundi, devant le Conseiller enquêteur près la Cour suprême dans une affaire de dilapidation de deniers publics lors de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique » organisée en 2011, a-t-on appris auprès de cette juridiction.

L’ancienne ministre et députée RCD (1997-2001) a été auditionnée ce matin par le juge enquêteur. Khalida Toumi est accusée de dilapidation de l’argent public, abus de fonction et octroi d’ indus avantages a autrui.

Khalida Toumi rejoint ainsi deux anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, ainsi que plusieurs ministres de l’ancien président Bouteflika qui font l’objet de poursuites judiciaires dans des affaires de malversations, de corruption et d’abus de fonctions supposées.

Outre Khalida Toumi, sont poursuivis également dans cette affaire, l’ancien coordinateur général des manifestations au ministère de la Culture, Belblidia Abdelhamid, et l’ancien directeur de la culture de la wilaya de Tlemcen, Miloud Hakim.

Rachel Hamdi

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!