-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Macron « regrette » les « malentendus » avec l’Algérie après ses propos

Echoroukonline
  • 131
  • 0
Macron « regrette » les « malentendus » avec l’Algérie après ses propos

Emmanuel Macron envoie un signal d’apaisement du côté d’Alger. Après des semaines d’escalades et de tensions avec l’Algérie, le président de la République « regrette les polémiques et les malentendus engendrés par les propos rapportés » et signifie son « plus grand respect pour la nation algérienne, pour son histoire et pour la souveraineté de l’Algérie », a fait savoir l’Elysée, mardi 9 novembre.

 « Il est fortement attaché au développement de la relation » entre la France et l’Algérie, a précisé un conseiller du chef de l’Etat, au cours d’un brief de presse consacré a la conférence sur la Libye, qui se tiendra vendredi a Paris.

  1. Macron avait déclenché la colère d’Alger après la publication de propos rapportés dans un article du Monde daté du 2 octobre, où il accusait le système « politico-militaire » algérien d’entretenir une « rente mémorielle » en servant a son peuple une « histoire officielle » qui « ne s’appuie pas sur des vérités ».

Lors de la rencontre du chef de l’Etat avec dix-huit jeunes gens issus de familles qui ont intimement vécu la guerre d’Algérie, a laquelle Le Monde avait assisté, le président de la République avait également affirmé que « la construction de l’Algérie comme nation est un phénomène a regarder. Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c’est la question (…) ».

Après une première tentative d’apaisement lancée début octobre par Emmanuel Macron, l’Elysée a donc fait savoir mardi qu’il souhaitait que la relation bilatérale des deux pays s’apaise et se développe, précisant que cela se ferait « au bénéfice des populations algérienne et française mais également pour répondre aux grands défis régionaux, a commencer par la Libye ».

L’Elysée a souligné qu’Abdelmadjid Tebboune était invité a la conférence de vendredi organisée a Paris afin d’aider l’Etat libyen a se stabiliser, notamment en préparant l’élection présidentielle du pays prévue le 24 décembre.

Selon ce conseiller élyséen, « l’Algérie est un acteur majeur dans la région et le président souhaite la participation du président Tebboune a cette conférence ».

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!