-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Le Maroc impose une “taxe casher” sur la communauté juive

Echoroukonline
  • 247
  • 0
Le Maroc impose une “taxe casher” sur la communauté juive

Depuis quelques semaines, la communauté juive au Maroc et a l’étranger est déconcertée suite a la polémique autour d’une “taxe casher” qui aurait été imposée par la Commission de la cacheroute a certains opérateurs touristiques. Explications.

“Cette histoire de taxe est scandaleuse”, “cette histoire n’est pas vraie”, “c’est compliqué parce que des personnes sont impliquées dans cette histoire”. Les propos divergent lorsque l’on demande l’avis de la communauté juive sur la polémique autour d’une “taxe casher”.

L’histoire remonte a une circulaire datant du 23 juillet 2021, co-signée par le ministère de l’Intérieur, de l’Agriculture et du Tourisme, reconnaissant a la Commission de la cacheroute [ensemble de règles alimentaires juives, ndlr.] “l’exclusivité” de la remise du label casher.

 Le but de cette reconnaissance est d’empêcher “certains hôtels et organisateurs de cérémonies et de fêtes” de prétendre frauduleusement être agréés par la Commission de la cacheroute marocaine, induisant en erreur les personnes de confession juive.

À ce titre, “les établissements touristiques et les organisateurs d’événements souhaitant délivrer des prestations casher conformément au culte juif […] doivent impérativement obtenir au préalable une autorisation “Teoudah” [qui atteste que les produits sont casher, ndlr.] délivrée par la Commission de la cacheroute”.

Peu de temps après, plusieurs médiasmarocains ont relayé les plaintes de certains hôteliers et opérateurs touristiques qui se seraient vus imposer une taxe de quatre euros par nuitée et par personne, pour consommer casher durant leur séjour, en contrepartie de la certification. Pour ces derniers, imposer une taxe en période de reprise économique est “inacceptable”, d’autant plus que des taxes israélites sont déja en vigueur.

 “Ils ont peut-être fait une bêtise, c’est possible. Peut-être se sont-ils dit qu’il y a une manne pour renflouer les caisses de la communauté”, observe le responsable d’une boucherie casher a Casablanca.

De leur côté, la Commission de la cacheroute comme le Conseil de la communauté israélite du Maroc (sous l’autorité duquel elle opère) ont conjointement démenti cette information dans un communiqué datant du 8 novembre.

 “Il n’a jamais été objet d’instituer une taxe par personne et par nuitée en contrepartie de la délivrance du Label Casher Maroc”. Contacté par Sputnik, le secrétaire général du Conseil de la communauté israélite, Serge Berdugo, assure lors d’un bref échange que cette taxe n’existe pas.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!