الإثنين 10 ديسمبر 2018 م, الموافق لـ 02 ربيع الآخر 1440 هـ آخر تحديث 23:18
الشروق العامة الشروق نيوز بنة تي في
إذاعة الشروق
D.R

Mohamed Ben Salmane, prince héritier saoudien

Le prince héritier saoudien, Mohamed Ben Salmane a achevé lundi soir sa visite de deux jours en Algérie.

Contrairement aux attentes des uns et des autres, la visite de MBS n’a pas été couronnée par la signature d’accords de partenariat entre l’Algérie et l’Arabie saoudite, des projets et des promesses d’investissement.

Ce déplacement -qui a gelé l’activité du gouvernement pendant deux jours- s’est limité à la création d’un haut conseil de coordination algéro-saoudien, tandis que les promesses d’investissement estimées à 10 milliards de dollars demeurent lettre morte.

Si le prince héritier saoudien a l’habitude de sortir le chéquier lors de ses déplacements tant en Europe qu’en Amérique, ce n’est plus lors de son voyage en Algérie, et ce bien qu’il ait conduit  une importante délégation d’hommes d’affaires.

Cette rencontre entre les dirigeants et les hommes d’affaires des deux pays censée constituer une occasion pour la signature des accords, a été réduite à l’inauguration de cinq (5) projets de partenariat avec quatre sociétés saoudiennes.

La visite du prince héritier saoudien a été sanctionnée par un communiqué commun portant des expressions classiques qui semblent inutiles en matière de l’économie et des affaires.

“Dans le cadre des relations de fraternité privilégiées et des liens historiques solides liant la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d’Arabie Saoudite, et conformément aux orientations de son excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika et son frère, le Serviteur des deux Lieux Saints de l’islam, le Roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud, il a été convenu de créer un haut conseil de coordination algéro-saoudien…”, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

C’est en ces termes secs que s’est achevée ce voyage sans évoquer le volume insignifiant des échanges commerciaux entre les deux pays, qui s’établit à quelque 500 millions de dollars. Il s’agit en effet des chiffres qui ne traduisent pas fidèlement les expressions incluses dans le communiqué, ils suscitent en revanche des interrogations sur les recommandations faites lors de la 12ème session de la commission mixte algéro-saoudienne, qui s’était tenue, faut-il le rappeler, en février 2017 à Alger.

Rappelons qu’à l’issue de cette session, les deux parties se sont pourtant entendues pour la création de nombre de projets pour un montant de 10 milliards de dollars. Mais, aucun de ces projets n’a été lancé pour ne pas dire qu’aucun d’entre eux ne verra le jour.

A ce propos, Echorouk a tenu à interroger le président de la Chambre d’industrie et du commerce saoudienne qui a répondu dans la foulée : “Il faut demander aux membres du gouvernement car j’en ai aucune réponse. Moi, je suis responsable du secteur privé et des projets relevant de ce secteur”.

Au-delà de cette visite qui n’a rien apporté de concret au plan économique, il convient de se demander quel est le but  de cette tournée de MBS dans la région arabe en général, et en Algérie et particulier.

Samira Belaâmeri / Traduit par: Moussa. K.

https://goo.gl/2KejxW
Algérie Arabie Saoudite Mohamed Ben Salmane

En relation

0 تعليق
  • الأحدث
  • الأقدم

لا يوجد أي تعليق, كن أول من يعلق!

close
close