-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Féminicide en France: Une algérienne brûlée vive par son époux

Echoroukonline
  • 482
  • 0
Féminicide en France: Une algérienne brûlée vive par son époux

Chahinez, 31 ans, mère de trois enfants, est morte mardi a Mérignac, près de Bordeaux, après avoir été brûlée vive par son mari violent, suscitant une vague d’indignation.

Mercredi soir, a l’appel de collectifs de défense des femmes, quelque 300 personnes, amies, voisines ou militantes, se sont rassemblées pendant une heure en silence près des lieux du drame, en déposant fleurs, bougies et petits mots pour dire : “On ne t’oublie pas”, un message inscrit sur le trottoir.

Mardi vers 18h10, en pleine rue de cette tranquille banlieue bordelaise, bordée de maisonnettes, Mounir B, 44 ans, déja emprisonné pour violences conjugales en 2020, a poursuivi sa femme. Il a tiré plusieurs coups de feu dans ses jambes jusqu’a ce qu’elle s’effondre, l’a aspergée d’un liquide inflammable alors qu’elle était encore en vie et l’a immolée par le feu, selon le parquet de Bordeaux et la police.

Déja condamné

D’après le parquet de Bordeaux, Mounir B., interpellé et placé en garde a vue peu après les faits, avait été condamné en juin 2020 a 18 mois de prison dont neuf avec sursis pour «violences volontaires par conjoint», des faits qu’il avait déja commis auparavant sur la même victime. Il a été libéré le 9 décembre dernier.

«Il a fait quatre mois de prison mais cela n’a rien empêché», s’indigne une amie de la victime.

«Il était depuis suivi par le service pénitentiaire d’insertion et de probation de la Gironde», et devait respecter une interdiction d’entrer en contact avec la victime et de se présenter a son domicile, précise le parquet. Il n’était cependant pas équipé d’un bracelet anti-rapprochement, un dispositif qui n’a été introduit par décret qu’en septembre 2020, après sa condamnation.

Profil du tueur

Mounir B. serait revenu au domicile pour voir les enfants, lesquels n’étaient pas présents a ce moment-la, indique Le Parisien. «Avec un peu de recul, on se demande ce qui serait arrivé si les trois enfants du couple avaient été a la maison. C’est effrayant», déplore le voisin.

«Il y a quelque temps, il a tenté de l’étrangler devant la supérette au bout de la rue. Il était dangereux. Un assassin en puissance», commente un riverain.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!