-- -- -- / -- -- --
إدارة الموقع

Novak Djokovic ne jouera pas l’Open d’Australie, il va être expulsé

Echoroukonline
  • 429
  • 0
Novak Djokovic ne jouera pas l’Open d’Australie, il va être expulsé
AFP

Fin de la partie? La Cour fédérale australienne a rejeté ce dimanche 16 janvier le recours intenté par le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic contre l’annulation de son visa et son expulsion du pays.

“La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur”, affirme la décision approuvée a l’unanimité par les trois juges, a la veille du début de l’Open d’Australie au cours duquel le Serbe comptait briguer un 21e titre record en Grand Chelem.

Après avoir entendu pendant quatre heures les arguments des représentants du tennisman et ceux du gouvernement, qui soutenait que le Serbe non-vacciné contre le Covid-19 constitue un “risque sanitaire”, les autorités se sont donc rangées du côté de ce dernier, a l’unanimité.

Le N°1 mondial du tennis s’est dit, “extrêmement déçu”, par la décision de la Cour sur son expulsion. “Je respecte la décision de la Cour et je vais coopérer avec les autorités compétentes en ce qui concerne mon départ du pays”, a-t-il ajouté.

Mauvais exemple

Le gouvernement, lui se félicite de la décision de la justice. Car selon lui, Novak Djokovic encourage “le sentiment anti-vaccination” et pourrait dissuader les Australiens de se faire injecter leurs doses de rappel, alors que le variant Omicron se répand a grande vitesse dans le pays. Le tennisman a d’ailleurs été l’un des symboles des anti-pass lors des manifestations en France samedi.

Même s’il a qualifié le risque que Djokovic contamine lui-même des Australiens de “négligeable”, le ministre a estimé que son “mépris” passé des règles sanitaires contre le Covid constitue un mauvais exemple. Le gouvernement “ne sait pas quelles sont les opinions de M. Djokovic actuellement”, a plaidé l’avocat Nick Wood, affirmant que son client n’a jamais soutenu publiquement le mouvement anti-vaccination.

Le joueur, qui a contracté le Covid-19 en décembre, espérait bénéficier d’une exemption pour entrer dans le pays sans être vacciné, mais les autorités n’ont pas accepté cette explication.

Le gouvernement australien a subi un humiliant revers le 10 janvier quand un juge a bloqué l’expulsion de Djokovic, rétabli son visa et ordonné sa libération immédiate.

Djokovic enfermé dans un centre de rétention

Le ministre de l’Immigration a toutefois annulé son visa pour la deuxième fois vendredi en vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, invoquant “des raisons sanitaires et d’ordre public”. Et Djokovic est retourné samedi au Park Hotel, l’austère centre de rétention pour étrangers en situation irrégulière désormais mondialement célèbre.

Dans un communiqué publié mercredi, le tennisman avait admis avoir rempli de manière incorrecte sa déclaration d’entrée en Australie. Le joueur aux 86 titres ATP, vu en Serbie et en Espagne dans les deux semaines précédant son arrivée, contrairement a ce qu’il a déclaré dans le formulaire d’immigration a son arrivée, a plaidé “l’erreur humaine”.

Ce feuilleton a rebondissements se déroule dans un pays dont les habitants ont enduré pendant près de deux ans des restrictions anti-Covid parmi les plus strictes au monde, et où des élections sont prévues d’ici mai. D’où un contexte politique chargé. La pression s’est intensifiée autour du Premier ministre conservateur Scott Morrison, accusé d’“incompétence” par l’opposition travailliste.

L’affaire Djokovic est aussi suivie assidûment en Serbie où “Nole” est considéré comme en héros national. Vendredi, le président Aleksandar Vucic a accusé l’Australie de le “maltraiter”.

Djokovic libéré sur décision d’un juge fédéral

Détenu dans un hôtel depuis son arrivée en Australie, après la suspension de son visa pour entrer dans le pays, Novak Djokovic a été libéré lundi sur décision d’un juge fédéral.

Le gouvernement peut cependant annuler le visa et empêcher le numéro un mondial de participer a l’Open d’Australie, selon l’Equipe.

 «C’est la plus grande victoire de sa carrière»

«Je tiens a remercier tous ceux qui, dans le monde entier, se sont levés et l’ont soutenu a Melbourne devant ce prétendu hôtel – une référence a l’hôtel de l’immigration où Novak a été brièvement retenu. C’est la plus grande victoire de sa carrière, c’est plus grand que n’importe quel Grand Chelem», a déclaré Dijana Djokovic, la mère de Novak.

Affaire Djokovic: le N°1 mondial bénéficiait d’une exemption de vaccination

Novak Djokovic bénéficiait d’une exemption de vaccination contre le Covid-19 car il avait contracté le virus en décembre, ont assuré ses avocats ce samedi.

Le numéro 1 mondial aurait en effet contracté le virus le 16 décembre selon un document déposé auprès du tribunal fédéral.

Le numéro 1 mondial de tennis Novak Djokovic bénéficiait d’une exemption de vaccination contre le Covid-19 car il avait contracté le virus en décembre, ont estimé ses avocats dans un document déposé ce samedi au tribunal, a rapporté Europe 1. “La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021”, ont-ils déclaré dans un document déposé auprès du tribunal fédéral, qui cherche a annuler le rejet de son visa d’entrée en Australie.

Le temps presse a un peu plus d’une semaine de l’Open d’Australie que Djokovic a remporté neuf fois et où il ambitionne de remporter son 21e tournoi du Grand Chelem, ce qui le placerait au sommet de l’histoire du tennis, devant ses deux rivaux historiques, Roger Federer et Rafael Nadal. Ses avocats ont d’ailleurs demandé a ce qu’il puisse quitter le centre de rétention de Melbourne pour pouvoir s’entraîner.

Djokovic avait posté en début de semaine une photo de lui dans un aéroport, annonçant son départ pour l’Australie et expliquant avoir obtenu une dérogation médicale, ce que la direction du tournoi avait confirmé. Mais a son arrivée dans la nuit de mercredi a jeudi, les autorités lui avaient refusé l’entrée, estimant que ses motifs d’exemption ne remplissaient pas les strictes conditions d’entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Ses avocats ont dénoncé le fait que le joueur avait alors été retenu huit heures, sans pouvoir communiquer.

La fédération sur le grill

Dans une vidéo qui a fuité vendredi dans la presse locale, le patron de la Fédération australienne Craig Tiley, sous le feu des critiques pour sa gestion du dossier, a défendu le “travail incroyable” de ses équipes. La Fédération a été accusée d’avoir induit les joueurs en erreur a propos des obligations en matière de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans le pays.

Dans une note aux joueurs publiée par plusieurs médias australiens, l’organisation assurait qu’une personne ayant récemment contracté le Covid-19 pouvait bénéficier d’une exemption a l’obligation d’être entièrement vaccinée. Novak Djokovic a toujours refusé de communiquer sur son statut vaccinal, tout en ne dissimulant pas son hostilité a la vaccination. Le gouvernement australien a assuré avoir prévenu Tennis Australia dès novembre que cette disposition n’était valable que pour les résidents australiens, non pour les citoyens étrangers voulant entrer dans le pays.

Une autre joueuse, la Tchèque Renata Voracova, a été placée dans le même centre de rétention que Novak Djokovic après avoir elle aussi vu son visa annulé. “Ils m’apportent de la nourriture et il y a un gardien dans le couloir. Tout est rationné. Je me sens un peu comme en prison”, a raconté a la presse tchèque cette spécialiste du double, agée de 38 ans.

Ajoutez un Commentaire

Tous les champs sont obligatoires et votre e-mail ne sera pas publié. Veuillez respecter la politique de confidentialité.

Votre commentaire a été envoyé pour examen, il sera publié après approbation!
Commentaires
0
Pardon! Il n'y a pas de contenu a afficher!